Cet article date de plus de neuf ans.

L'Express a pu consulter le document établi par l'hôpital new-yorkais qui a examiné la femme de chambre, le 14 mai

L'hebdomadaire publie les conclusions de ce rapport médical. Après avoir écouté Nafissatou Diallo, arrivée à l'hôpital le 14 mai 2011, à 15 h 59, et l'avoir examinée, le médecin conclut : "Diagnostic: agression. Cause des blessures: agression. Viol."
Article rédigé par
France Télévisions
Publié
Temps de lecture : 1 min.
Nafissatou Diallo et Dominique Strauss-Kahn (AFP PHOTO/ TODD HEISLER)

L'hebdomadaire publie les conclusions de ce rapport médical. Après avoir écouté Nafissatou Diallo, arrivée à l'hôpital le 14 mai 2011, à 15 h 59, et l'avoir examinée, le médecin conclut : "Diagnostic: agression. Cause des blessures: agression. Viol."

Selon l'Express, "la dernière page du rapport médical comporte un schéma de la zone vaginale de la victime, un élément standard des formulaires de ce type. La partie inférieure du vagin de la patiente, la "fourchette postérieure", est hachurée au crayon pour marquer l'emplacement d'un traumatisme. A droite sur la page, le praticien a inscrit au stylo rouge "rougeur sur la fourchette".

Il précise encore la localisation: "5 and 7 o'clock." Entre "5 et 7 heures", comme sur le cadran d'une montre. Le reste du feuillet est occupé par une "check-list" de la zone vaginale de Nafissatou Diallo, requise pour toutes les victimes de viol. Seule la ligne consacrée à la "fourchette postérieure" comporte un commentaire: "Trauma" (traumatisme).

Sur ce dernier point, les défenseurs de Dominique Strauss-Khan ont affirmé que le traumatisme mentionné n'était en rien une blessure, mais pouvait très bien être dû à une rapport sexuel antérieur.

Avocat de DSK : rapport "inexact et malveillant"
"L'utilisation par les avocats de la plaignante de ce rapport médical pour confirmer ou renforcer les accusations contre M. Strauss-Kahn est trompeuse et malhonnête", ont immédiatement riposté les avocats de Dominique Strauss-Kahn.

"La conclusion du rapport de l'hôpital est basée presque exclusivement sur les propos" de Mme Diallo "qui a prouvé de manière répétée qu'elle n'était pas crédible", ont ajouté William W. Taylor and Benjamin Brafman dans un communiqué.

Insistant sur le fait que Mme Diallo n'est pas crédible, les avocats de DSK espèrent un non-lieu pour leur client le 23 août.

A l'inverse, les défenseurs de la femme de ménage, qui démentent toute motivation financière et ont insisté dans la plainte au civil sur le caractère "violent et sadique" de l'agression, espèrent que le procès aura lieu et que la date en sera fixée mardi prochain.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers DSK

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.