"Il est dans un état terrible" : les proches de Julian Assange s'inquiètent pour la santé du fondateur de Wikileaks désormais libre

Après cinq en prison au Royaume-Uni, Julian Assange a consenti à plaider coupable devant la justice américaine pour recouvrer sa liberté.
Article rédigé par franceinfo
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min
Julian Assange, à Londres (Royaume-Uni), en 2017. (JUSTIN TALLIS / AFP)

Julian Assange est libre. Une nouvelle inattendue dans cette affaire. L’Australien de 52 ans, fondateur de Wikileaks, était accusé par les Etats-Unis d’avoir menacé la sécurité nationale, en publiant des informations sur les actions militaires menées par Washington.

Il était incarcéré au Royaume-Uni depuis cinq ans qu'il a quitté en avion, lundi 24 juin. Il est attendu devant un tribunal des îles Mariannes, territoire américain du Pacifique. Julian Assange a consenti à plaider coupable devant la justice américaine pour recouvrer sa liberté. Ses proches ont immédiatement réagi à sa libération et exprimé leur soulagement.

"Merci, merci, merci" : Les premiers mots de la compagne de Julian Assange sont allés d'abord sur le réseau social X à tous ceux qui se sont mobilisés pour que son mari recouvre la liberté. Stella Assange s'est ensuite exprimée sur la BBC depuis l'Australie où elle vit.

"C'est un tourbillon d'émotions. Franchement, c'est incroyable. J'ai l'impression que ce n'est pas réel. Cela fait si longtemps que je n'ai plus l'habitude de parler de Julian libre, au présent."

Stella Assange

à franceinfo

La priorité est que Julian retrouve la santé. "Il est dans un état terrible", a-t-elle ajouté. Une préoccupation partagée par son père, John Lipton : "J'imagine que passer quinze ans sous une forme d'incarcération ou une autre est difficile et même plus que difficile. Quinze années quand vous êtes dans la force de l'âge... Mais il semble que Julian va pouvoir rentrer librement en Australie. Julian va pouvoir vivre une vie ordinaire avec sa famille et sa femme, Stella."

La mère du fondateur de Wikileaks s'est, quant à elle, réjouie dans un communiqué que son calvaire touche à sa fin. Et de remercier les personnes invisibles qui ont œuvré à la libération de son fils.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.