Soupçonné de dopage, Jalabert répond : "Je ne conteste pas la possibilité que ça puisse être vrai."

Selon des documents que ce sont procurés nos confrères de l'Equipe, des tests effectués en 2004 attesteraient de la prise d'EPO par Laurent Jalabert lors du tour de France 1998.

Nous sommes en juillet 1998 sur le Tour de France. Laurent Jalabert est alors aligné sur la course dans les rangs de la formation espagnole Once, dirigée par un certain Manolo Saiz. Le Français s'est-il dopé au cours de l'épreuve ? La question surgit aujourd'hui : des tests rétroactifs réalisés en 2004 par l'Agence française de lutte contre le dopage - révélés par l'Equipe ce lundi 24 juin - démontreraient la présence d'EPO dans l'urine du coureur. 

Interrogé par le Grand Soir 3 l'ancien champion devenu consultant de France Télévisions a déclaré être "surpris" mais ne pas vouloir contester "la possibilité que ça puisse être vrai (...) mais qu'en revanche on ne (lui) en avait jamais parlé" lors de son audition au sénat. Visiblement sonné, celui-ci a ajouté en prendre "plein la figure, il faut tenir le choc, et attendre des informations plus précises (...) pour pouvoir, peut être, me défendre un jour."

Laurent Jalabert, le 18 septembre 2012 à Valkenburg (Pays-Bas).
Laurent Jalabert, le 18 septembre 2012 à Valkenburg (Pays-Bas). (FRANCK FIFE / AFP)