Les avocats de Nafissatou Diallo suivent de près l'affaire du Carlton

L'un des avocats de la femme de chambre américaine s'est déclaré optimiste lundi 14 novembre sur l'issue de la procédure civile en cours.

Douglas Wigdor, l\'un des avocats de Nafissatou Diallo, lors d\'une conférence de presse le 23 août à New York.
Douglas Wigdor, l'un des avocats de Nafissatou Diallo, lors d'une conférence de presse le 23 août à New York. (ERIC FEFERBERG / AFP)

Pendant que Dominique Strauss-Kahn se prépare à être entendu dans l'affaire de proxénétisme présumé liée au Carlton de Lille, de l'autre côté de l'Atlantique, les avocats de Nafissatou Diallo se frottent les mains. Les conseils américains de la femme de chambre, qui accuse le patron du Fonds monétaire international (FMI) d'agression sexuelle dans une suite du Sofitel de New York, comptent en effet utiliser ce dossier dans la procédure en cours au civil contre DSK.

L'un des avocats de Nafissatou Diallo s'est déclaré, lundi 14 novembre, "optimiste" sur l'issue de ce dossier. Douglas Wigdor a indiqué que l'affaire lilloise "confirme ce que nous savions déjà, sur le fait que DSK considère les femmes comme des objets". "Plus on en apprend sur lui, et plus nous avons d'éléments pour montrer qu'il maltraite les femmes", a-t-il ajouté.

La procédure au point mort ?

La déclaration offensive du camp Diallo intervient alors que la procédure civile, entamée le 8 août pour obtenir des dommages et intérêts, n'a guère avancé. Le 26 septembre, les avocats de DSK ont demandé par écrit au juge de classer la plainte, invoquant l'immunité totale de leur client en tant que directeur général du FMI. Un argument qui n'a "aucune valeur", pour l'accusation.

Un juge du tribunal du Bronx doit désormais se prononcer, à une date inconnue. Cela peut prendre "des jours, des semaines, des mois", a estimé Doug Wigdor, précisant que les deux parties pourraient ensuite faire appel de la décision.