"Le Parisien" condamné pour atteinte à la vie privée dans l'affaire du Carlton

En cause, la publication d'un article basé sur le procès-verbal d'audition d'une ancienne prostituée citée dans l'affaire du Carlton de Lille, a-t-on appris auprès de l'avocat de la jeune femme.

La façade du siège du quotidien Le Parisien/Aujourd\'hui en France, à Paris, le 13 décembre 2006.
La façade du siège du quotidien Le Parisien/Aujourd'hui en France, à Paris, le 13 décembre 2006. (JOEL SAGET / AFP)

Le quotidien Le Parisien-Aujourd'hui en France a été condamné vendredi 25 novembre pour atteinte à la vie privée dans l'affaire du Carlton de Lille. En cause, la publication le 17 novembre d'un article basé sur le procès-verbal d'audition d'une ancienne prostituée citée dans l'affaire, a-t-on appris auprès de l'avocat de la jeune femme.

Selon l'ordonnance consultée par l'AFP, Le Parisien devra insérer en première page une publication judiciaire résumant la condamnation, en stipulant que "la liberté d'informer ne saurait être exercée au mépris du droit dont jouit chaque personne au respect de sa vie privée". Une insertion qui devra être faite dans les 24 heures après s'être vu signifier la décision.

8 000 euros de dommages et intérêts à l'ancienne prostituée

En outre, sous peine d'une astreinte de 150 euros par jour de retard pendant 3 mois, le groupe de presse doit supprimer l'article incriminé sur le site internet Le Parisien.fr où il avait également été publié. Il doit également substituer l'initiale du prénom de la jeune femme, "M.", à son nom entier dans tous les autres articles du site, sous peine de la même astreinte.

Assigné en référé, Le Parisien a également été condamné à verser 8 000 euros de dommages et intérêts à la jeune femme.