Cet article date de plus de sept ans.

"Dodo la Saumure" ne pourra pas utiliser les initiales "DSK" pour son nouveau "bar à hôtesses"

La justice belge a interdit à Dominique Alderweireld de faire référence à Dominique Strauss-Kahn pour nommer son nouvel établissement.

Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
Dominique Alderweireld, alias "Dodo la Saumure", arrive au palais de justice de Tournai en Belgique, le 22 mars 2012. ( AFP )

La nouvelle maison de plaisir de "Dodo la Saumure" ne pourra pas s'appeler DSKlub. La justice belge a interdit, lundi 30 juin, à Dominique Alderweireld, alias "Dodo la Saumure", de faire usage des initiales de Dominique Strauss-Kahn, pour nommer son nouveau "bar à hôtesses" ouvert au printemps.

Le tribunal de première instance de Tournai (Belgique) a donné raison à l'ancien directeur général du FMI, qui l'avait saisi en référé le 30 avril, pour empêcher le sulfureux patron de salons de prostitution d'appeler son nouvel établissement de Blaton, proche de la frontière française, "DSKlub".

L'affaire ayant été traitée en référée (procédure d'urgence), un jugement sur le fond est attendu en février 2015.

Une astreinte de 3 000 euros par infraction

En attendant, le tribunal a interdit à Dominique Alderweireld "d'utiliser l'acronyme 'DSK' à des fins commerciales et publicitaires, sous peine d'une astreinte de 3 000 euros par infraction constatée", selon un jugement cité par l'agence Belga.

La juge Marie-France Jouret interdit aussi à "Dodo la Saumure" de faire "toute mention ou toute référence directe ou indirecte au nom, à l'acronyme, à l'image, et de manière générale à la personne du demandeur, tels que DSK ou DSKlub". 

Renvoyé en correctionnelle aux côtés de 13 autres prévenus, dont DSK, dans l'affaire de proxénétisme dite du "Carlton de Lille", "Dodo la Saumure", un Français de 64 ans, a toujours nié avoir fourni des prostituées à l'ancien patron du FMI.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Procès du Carlton

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.