Carlton de Lille : première audition pour l'entrepreneur Fabrice Paszkowski

L'entrepreneur du Pas-de-Calais, mis en examen pour proxénétisme et abus de biens sociaux, a été entendu toute la journée de lundi par les juges d'instruction. Il est soupçonné d'avoir co-organisé des parties fines avec Dominique Strauss-Kahn à Paris et Washington.

L\'entrée de l\'hôtel du Carlton de Lille (Nord), dont des dirigeants sont pris dans une affaire de proxénétisme, le 17 octobre 2011.
L'entrée de l'hôtel du Carlton de Lille (Nord), dont des dirigeants sont pris dans une affaire de proxénétisme, le 17 octobre 2011. (PHILIPPE HUGEN / AFP)

C'est sa première vraie audition depuis sa mise en examen pour proxénétisme et abus de biens sociaux, le 21 octobre dernier. L'entrepreneur Fabrice Paszkowski a été entendu lundi 19 décembre par les juges d'instruction dans le cadre de l'affaire du Carlton de Lille. Il est soupçonné d'avoir co-organisé des parties fines avec Dominique Strauss-Kahn à Paris et Washington, notamment. En réaction à cette audition, son avocat, Me Karl Vandamme, a de nouveau affirmé qu'il n'y avait "jamais eu de contreparties" à l'organisation de ces soirées auxquelles plusieurs prostituées auraient participé

Les juges ayant refusé de remettre Fabrice Paszkowski en liberté, Me Vandamme va déposer une demande qui devra être examinée prochainement par un juge des libertés et de la détention. Les juges doivent également entendre mardi 20 décembre le chargé des relations publiques du Carlton, René Kojfer. Cette figure du milieu de la nuit lilloise est le premier des huit personnes à avoir été poursuivies dans cette affaire. Il a été mis en examen pour proxénétisme aggravé en bande organisée.

Un autre entrepreneur du Nord soupçonné d'avoir organisé ces soirées, David Roquet, ancien directeur d'une filiale d'Eiffage dans le Pas-de-Calais, a lui été entendu mardi dernier. Il devrait être fixé prochainement sur une demande de remise en liberté déposée la semaine dernière par ses avocats.