Cet article date de plus d'un an.

Michel Fourniret : Sabine Kheris, la juge qui a fait avouer le tueur

Publié Mis à jour
Durée de la vidéo : 2 min.
Michel Fourniret : Sabine Kheris, la juge qui a fait avouer le tueur
France 2
Article rédigé par
N. Perez, J. Vitaline, L. Feuerstein, M. Dana, M. Le Rue, E. de Pourquery - France 2
France Télévisions

L'édition du 20 Heures du lundi 12 octobre dresse le portrait de Sabine Kheris, la juge d'instruction qui a su gagner la confiance du tueur en série Michel Fourniret et son ex-épouse Monique Olivier. Il va lui avouer plusieurs de ses meurtres, dont celui d'Estelle Mouzin, disparue en 2003.

Michel Fourniret, tueur en série froid et manipulateur, va se jouer des enquêteurs les plus expérimentés et des juges d'instruction pendant près de vingt ans. Jusqu'au jour où il croise la route de Sabine Kheris. En moins de cinq ans, la doyenne des juges d'instruction va le faire craquer. À elle seule, il va avouer les meurtres de Marie-Angèle Domece, disparue en 1988, de Joanna Parrish, assassinée en 1990 et, enfin, le meurtre d'Estelle Mouzin, disparue en 2003.

"On n'interroge pas Michel Fourniret, on l'écoute"

Pendant cinq ans, elle auditionne tour à tour Michel Fourniret et son ex-femme Monique Olivier, qui va dénoncer le tueur. Selon le docteur Jean-Luc Ployé, psychiatre qui a plusieurs fois expertisé le couple, l'approche psychologique a été payante. "Elle a eu une intuition tout à fait remarquable par rapport à la façon de l'appréhender. On n'interroge pas Michel Fourniret, on l'écoute. Si on l'interroge, il va vous emmener dans des voies sans issues." En octobre 2018, la juge perquisitionne la cellule du tueur à la prison d'Ensisheim (Haut-Rhin). Elle emporte huit cartons de correspondance et des centaines de notes qu'elle étudie une à une. "Michel Fourniret avait coutume de dire 'moi, j'avouerai s'il y a un travail derrière.' [...] Elle leur démontre qu'elle a tout vérifié, qu'elle sait tout de leur vie", explique Me Didier Seban, avocat du père d'Estelle Mouzin.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.