Violences urbaines : un jeune homme éborgné par un tir de LBD à Saint-Denis porte plainte, une enquête préliminaire ouverte

Un homme de 21 ans affirme avoir perdu son œil après avoir été touché par un tir de LBD lors des émeutes qui ont suivi la mort du jeune Nahel.
Article rédigé par France Info
Radio France
Publié
Temps de lecture : 1 min
Les faits se seraient produits dans la nuit du 29 juin à Saint-Denis. (CAPTURE D'ECRAN / GOOGLE MAPS)

Le parquet de Bobigny indique à franceinfo avoir ouvert une enquête préliminaire jeudi 20 juillet sur de possibles violences policières survenues dans la nuit du 29 juin à Saint-Denis (Seine-Saint-Denis), dans le contexte des émeutes qui ont suivi la mort de Nahel. L'Inspection générale de la police nationale (IGPN) est saisie.

>>> Violences urbaines : "Il y avait des enfants de 13 ans" dans les salles d'audience, observe le président du tribunal de Bobigny

Cette enquête préliminaire a été ouverte à la suite d'une plainte, déposée dès jeudi matin par un jeune homme de 21 ans. Il affirme avoir perdu l'usage de son œil après avoir été touché par un tir de lanceur de balles de défense (LBD) des forces de l'ordre, cette nuit-là à Saint-Denis.

La semaine dernière, les patrons de l'IGPN et de l'IGGN déclaraient en audition devant la commission des lois de l'Assemblée nationale avoir été saisis de 22 enquêtes sur les agissements des forces de l'ordre. Parmi celles-ci, figurent également les graves blessures à la tête de deux hommes à Marseille et Mont-Saint-Martin, à l'œil d'un homme à La Riche, près de Tours, ainsi que la mort d'un homme à Marseille.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.