Cet article date de plus d'un an.

Attaque du domicile du maire de L'Haÿ-les-Roses : "Désormais tout devient possible", s'inquiète Hélène Geoffroy, maire de Vaulx-en-Velin

"Ça n'a plus rien à voir avec ce qui initialement était l'émotion liée à la mort d'un jeune garçon de 17 ans, dénonce l'élue. On a affaire à de la délinquance absolue".
Article rédigé par franceinfo
Radio France
Publié
Temps de lecture : 1 min
Hélène Geoffroy, maire PS de Vaulx-en-Velin, le 23 janvier 2023. (EMMANUEL DUNAND / AFP)

"On atteint un niveau inexcusable", dénonce dimanche 2 juillet sur franceinfo Hélène Geoffroy, maire PS de Vaulx-en-Velin (Auvergne-Rhône-Alpes), après l'attaque du domicile du maire LR de L'Haÿ-les-Roses (Val-de-Marne) dans la nuit de samedi à dimanche. Le domicile du maire Vincent Jeanbrun a été vandalisé, alors que son épouse et ses enfants s'y trouvaient. Vincent Jeanbrun va porter plainte pour tentative d'homicide volontaire avec préméditation. Une enquête pour tentative d'assassinat a été ouverte.

>> Violences après la mort de Nahel - Suivez notre direct

"Il n'y a rien qui puisse justifier de s'attaquer au domicile - de quiconque d'ailleurs - mais d'un élu, d'un maire, avec sa famille, dans ce moment si particulier, où les maires, après avoir affrontés toutes les crises, sont ceux qui, sur toutes ces nuits, avec l'ensemble des acteurs de la ville et l'appui des forces de l'ordre, sont en train d'essayer de protéger les habitants, leurs administrés", se révolte Hélène Geoffroy.

"J'en suis restée presque effrayée"

À Vaulx-en-Velin, quatre policiers ont été blessés par des tirs de fusil à grenaille : une enquête a été ouverte par le parquet de Lyon. La maire déclare avoir appris cette attaque le matin : "J'avoue que j'en suis restée presque effrayée, en me disant que tout désormais devient possible. Ça n'a plus rien à voir avec ce qui initialement était l'émotion liée à la mort d'un jeune garçon de 17 ans, dans les circonstances que l'on sait. Désormais, on a affaire à ce qui devient de la délinquance absolue."

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.