Cet article date de plus de quatre ans.

Crash mortel à Malte : trois des cinq victimes travaillaient pour le ministère de la Défense français

L'appareil s'est crashé juste après son décollage, à l'aéroport de La Valette, qui reste fermé jusqu'à nouvel ordre.

Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
Les services d'urgence sur le site du crash d'un petit avion, à l'aéroport international de Malte, le 24 octobre 2016. (MATTHEW MIRABELLI / AFP)

Un petit avion s'est écrasé, lundi 24 octobre, à l'aéroport international de Malte, à La Valette, avec cinq personnes à bord. Dans un communiqué, le ministère de la Défense français indique que trois de ses employés se trouvaient à bord. Les deux autres sont des salariés de la compagnie aérienne CAE. L'appareil, un "avion de reconnaissance léger", effectuait "des missions de reconnaissance en Méditerranée".

L'appareil s'est écrasé vers 7h20 (heure de Paris), juste après son décollageL'aéroport a été fermé jusqu'à nouvel ordre. Des médias ont dans un premier temps parlé d'un avion luxembourgeois affrété par Frontex à destination de la Libye mais l'Agence européenne de contrôle des frontières a rapidement démenti. "Aucun responsable de l'Union européenne impliqué dans le crash d'un avion à Malte. Le vol n'était lié à aucune des activités de l'UE", a insisté sur Twitter la responsable de la diplomatie européenne, Federica Mogherini.

Dans la matinée, les autorités maltaises ont communiqué un bilan différent. Selon le gouvernement, les cinq victimes étaient françaises et participaient à un vol de reconnaissance des douanes françaises en Méditerranée. Les cinq hommes devaient effectuer un vol de surveillance des trafics de migrants et de drogues et revenir à Malte au bout de quelques heures.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.