Accident de manège en Charente-Maritime : les gérants mis en examen et placés sous contrôle judiciaire

Un jeune homme de 16 ans est mort mercredi des suites de ses blessures après avoir été éjecté d'une attraction trois jours plus tôt.

Article rédigé par
avec France Bleu La Rochelle - franceinfo
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
Un accident s'est produit ce dimanche 9 octobre à la fête foraine de Saintes. (LISE DUSSAUT / RADIO FRANCE)

Le couple, qui gérait le fonctionnement du manège de Saintes (Charente-Maritime) où un accident a coûté la vie à un adolescent de 16 ans le 9 octobre, a été mis en examen mardi 18 octobre pour "homicide involontaire par maladresse, imprudence, inattention, négligence ou manquement délibéré à une obligation de sécurité ou de prudence imposée par la loi ou le règlement", rapporte France Bleu La Rochelle.

Les gérants ont été placés sous contrôle judiciaire avec notamment "interdiction d'exercer une activité professionnelle en relation avec l'infraction", précise le parquet de Saintes. L'exploitant et sa compagne ont été placés en garde à vue lundi. Installé dans le sud de la Charente-Maritime, le couple assurait le fonctionnement de l'attraction.

Éjecté de l'attraction 

Dimanche 9 octobre, vers 16 heures à la fête foraine de Saintes, la victime, accompagnée par 12 autres camarades, a été violemment éjecté d'une attraction de type chenille. L'adolescent est mort mercredi des suites de ses blessures.

Samedi dernier, la fête foraine endeuillée a rouvert ses portes dans une ambiance pesante. Une minute de silence a été observée en hommage à Gabriel, apprenti au sein de l’école d’enseignement technique de l’armée de l’Air et de l’Espace 

L'adolescent était en permission avec des camarades de la promotion 155, lorsque l'accident est survenu. Originaire de l'Isère, il était scolarisé en classe de première générale. L'école a ouvert une cagnotte en ligne Leetchi en soutien à la famille.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Accidents

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.