Drame de Millas : la conductrice du car scolaire maintient sa version devant les juges d'instruction

Elle assure toujours que "les barrières étaient levées et que le feu ne fonctionnait pas", selon son avocat. 

Le car scolaire accidenté après avoir été percuté par un TER à un passage à niveau à Millas (Pyrénées-Orientales), le 15 décembre 2017. 
Le car scolaire accidenté après avoir été percuté par un TER à un passage à niveau à Millas (Pyrénées-Orientales), le 15 décembre 2017.  (RAYMOND ROIG / AFP)

Elle maintient sa version. La conductrice du car scolaire impliquée dans la collision avec un train régional en décembre à Millas (Pyrénées-Orientales), qui a fait six morts et 23 blessés, a soutenu devant les juges d'instruction que "les barrières étaient levées et que le feu ne fonctionnait pas", a indiqué son avocat mardi 21 février. 

Son audition a eu lieu dans le centre de convalescence où elle se trouve et non au tribunal de grande instance de Perpignan, comme c'était prévu dans un premier temps. Selon Me Jean Codognès, cette audition de plusieurs heures avec des intermèdes a été "très compliquée" et réalisée "en présence d'un psychiatre".

Elle s'est "effondrée au souvenir des enfants"

"Elle a répondu aux questions des magistrats de manière très complète", a-t-il souligné, constatant que sa cliente s'est "effondrée au souvenir des enfants du bus". "C'est une épreuve de se souvenir du drame, des enfants. Les visages des enfants la hantent. Je ne sais pas si humainement on peut se reconstruire après une telle situation", s'est interrogé son avocat.

Concernant l'enquête, l'avocat a affirmé que les témoignages n'étaient "pas concordants" et qu'on aurait une "idée plus précise" de ce qui "s'est passé après le rapport d'expertises"