VIDEO. Municipales à Marseille : "J'ai envie" d'être candidate, assure la sénatrice Samia Ghali, "Marseille c'est toute ma vie"

Samia Ghali, sénatrice des Bouches-du-Rhône, maire des 15e et 16e arrondissements de Marseille, était l'invitée de franceinfo le 24 novembre 2019.

FRANCEINFO / RADIO FRANCE

Samia Ghali a "envie" de succéder à Jean-Claude Gaudin. "Je ne vous dirai pas que je ne suis pas candidate à la mairie de Marseille", a lancé la sénatrice des Bouches-du-Rhône dimanche 24 novembre sur franceinfo. "Oui bien sûr j'ai envie de l'être. C'est toute ma vie c'est mon histoire, assure Samia Ghali. Je me suis construite dans ma ville, dans Marseille. J'y suis née, j'y ai grandi et Marseille a fait de moi ce que je suis aujourd'hui. Et quand je la vois souffrir comme elle souffre actuellement, avec des plaies pas soignées, oui je pense qu'il faut s'en occuper et qu'il faut avoir envie de s'en occuper".

Ex-PS, Samia Ghali n'attend pas le soutien de LREM

À défaut d'annoncer sa candidature officiellement, Samia Ghali  assure ne pas attendre "le soutien de La République en marche pour [s]e déclarer". La sénatrice a expliqué que "la politique ça prend du temps. Je sais que pour certains ça ne prend pas beaucoup de temps, mais Marseille est en souffrance depuis 30 ans et elle mérite qu'on prenne du temps pour la désirer et avoir envie d'y aller".

Jean-Claude Gaudin, c'est terminé

Jean-Claude Gaudin est à la mairie depuis 25 ans. Un rapport de la cour des comptes étrille sa politique et sera discuté lundi 25 novembre en Conseil municipal. "C'est trop facile de dire seulement Jean-Claude Gaudin, pointe Samia Ghali. C'est la majorité municipale, ce sont tous ses adjoints qui, en 25 ans, ne se sont jamais opposés au maire de Marseille. Je regrette que la chambre régionale des comptes attende la fin de son mandat pour dire qu'il n'a pas bien fait." "Les gouvernements successifs ont protégé Jean-Claude Gaudin, même quand c'était les socialistes", affirme Samia Ghali. Mais Jean-Claude Gaudin, "c'est terminé", dit-elle.

Symboliquement si j'étais maire de Marseille, je pense que l'unification de la ville se ferait presque naturellement à travers ma personne.

Samia Ghali, sénatrice des Bouches-du-Rhône

à franceinfo

"On a malheureusement fracturé cette ville de partout, constate Samia Ghali. Pas seulement du Nord au Sud, vous avez même des fractures à l'intérieur d'un secteur. Quand on est maire de Marseille, on ne laisse pas les enfants dans des écoles où le plafond s'effondre, où il pleut dans l'école. On ne laisse pas des dealers à l'intérieur de l'école. Les écoles vandalisées, saccagées, c'est ça la réalité du quotidien des Marseillais et c'est là que la ville n'a pas joué son role et le maire encore moins."

Samia Ghali donne rendez-vous aux Marseillais, "dans quelques jours", "bien avant la fin de l'année", promet-elle. "J'ai créé mon mouvement, 'Marseille avant tout', j'ai plus de 4 500 adhérents aujourd'hui. J'avance. J'ai 135 propositions, d'autres arriveront. C'est au millimètre, c'est chirurgical parce que quand vous avez une ville malade, c'est de la chirurgie qu'il faut faire."

Samia Ghali, sénatrice des Bouches-du-Rhône, maire des 15e et 16e arrondissements de Marseille était l\'invitée de franceinfo le 24 novembre 2019.
Samia Ghali, sénatrice des Bouches-du-Rhône, maire des 15e et 16e arrondissements de Marseille était l'invitée de franceinfo le 24 novembre 2019. (FRANCEINFO / RADIO FRANCE)