Cet article date de plus d'un an.

Vidéo Régionales en Île-de-France : Audrey Pulvar "espère trouver un chemin pour l'union" entre les trois listes de gauche au second tour

Publié
Article rédigé par
Radio France

La candidate soutenue par les socialistes s'est dite favorable à une fusion avec les autres listes de gauche entre le premier et le second tour des élections régionales.

"Je suis tête de liste d'Île-de-France en commun, la liste est déposée en préfecture, et quoi qu'il arrive aujourd'hui, je resterai la tête de liste d'Île-de-France en commun", a assuré samedi 22 mai sur franceinfo Audrey Pulvar, candidate des socialistes aux élections régionales pour briguer la présidence de la région Île-de-France, alors qu'elle a été lâchée par sa tête de liste en Seine-Saint-Denis, notamment. Bertrand Kern, maire du Parti socialiste de Pantin et tête de liste de la Seine-Saint-Denis, a annoncé mercredi 12 mai qu'il se retirait de la campagne d'Audrey Pulvar, "les conditions du rassemblement" de la gauche n'étant "pas réunies", selon lui.

"J'espère vraiment trouver un chemin pour l'union entre nos trois listes de gauche écologiste entre le premier et le second tour", a par ailleurs affirmé Audrey Pulvar. Concernant de possibles divergences avec La France insoumise, elle rappelle que "Clémentine Autain a plusieurs fois dit que si elle était en tête du premier tour, elle ferait l'union. Ma question, c'est 'si elle n'est pas en tête, fera-t-elle l'union ?'", a demandé l'adjointe à la mairie de Paris.

"Nous avons trois listes de gauche écologiste qui sollicitent les suffrages des Franciliennes et Franciliens. Nous avons donc trois occasions de mettre à l'agenda les idées de nos programmes, les idées de la gauche écologiste de transformation de la société. C'est une audience triplée, et c'est plutôt une bonne nouvelle car ça oblige l'ensemble de la campagne, donc les listes adversaires, à se positionner sur nos sujets", s'est réjouie Audrey Pulvar, en évoquant notamment thématique de la gratuité totale des transports.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.