Vidéo Élections régionales : François Bayrou déplore un "climat navrant" et dénonce les propos de Xavier Bertrand

Publié
Article rédigé par
Radio France

Le président du MoDem rappelle que lors des précédentes élections régionales Xavier Bertrand a bénéficié au second tour du soutien de "tous les partis politiques du champ démocratique et républicain".  

"C'est un climat navrant", a déploré jeudi 6 mai sur France Inter François Bayrou, Haut-commissaire au Plan au sujet de la campagne pour les élections régionales en Paca et dans les Hauts-de-France. Le président du MoDem s'est montré agacé par les propos du président des Hauts-de-France dans Le Figaro [article payant] : "Xavier Bertrand dit 'C'est de la traîtrise, et du déshonneur', et il emploie le mot de Churchill 'vous avez voulu éviter la défaite au prix du déshonneur, vous aurez la défaite et le déshonneur', mots de Churchill contre Hitler, rien que ça !"

François Bayrou souligne que lors des précédentes élections régionales Xavier Bertrand a bénéficié au second tour du soutien de "tous les partis politiques du champ démocratique et républicain" qui "se sont désistés, ont appelé à voter pour lui, en sacrifiant leurs sièges". D'après François Bayrou, ce que déclare aujourd'hui Xavier Bertrand revient à dire "ceux qui m'ont soutenu, ce sont des ennemis, je ferai tout pour combattre ces destructeurs". Le président du MoDem souligne également que Xavier Bertrand s'était engagé à "respecter toutes les opinions". "Vous trouvez que c'est ce qui est en train de se faire en ce moment ?", s'interroge-t-il.

Le mot d'ordre doit être "rassemblement"

"Pour ma part, à la place de Xavier Bertrand, je n'aurais pas choisi cette stratégie-là", poursuit François Bayrou. "J'aurais choisi une stratégie de rassemblement parce que je pense qu'il n'y a rien de plus important dans l'état où notre pays se trouve aujourd'hui que de se rassembler pour essayer de faire avancer les choses". S'exprimant en tant que maire de Pau, François Bayrou affirme qu'"un maire, comme un président de région, a une seule ligne de conduite : c'est de rassembler le plus largement possible au moment de se présenter aux élections pour avoir une base qui ressemble à sa ville ou à sa région, et pas aux cartes de parti qu'on brandit pour les oublier dès qu'on a été élu".

Interrogé sur les évènements des derniers jours autour de la liste de Renaud Muselier en région Provence-Alpes-Côte d'Azur, François Bayrou estime qu'il "s'est passé ce qui, à mon sens, aurait dû se passer depuis longtemps. Pas seulement dans cette région, mais dans d'autres". S'il avait été à la place de Renaud Muselier, François Bayrou aurait lui aussi "chercher aussi des gens dans la majorité". Il estime qu'avant tout, "une région a besoin d'être défendue".

"Chaque fois qu'on se referme, on perd." 

François Bayrou

à France Inter

Les Républicains ont-ils remportant la bataille en Paca en refusant d'inclure des représentants de LREM dans la liste de Renaud Muselier ? "Je ne suis pas certain qu'ils aient gagné, parce que ça n'est pas gagner que de se refermer." Lorsqu'on lui ai fait remarquer que des alliances peuvent toujours se faire dans l'entre-deux tours, le Haut-commissaire au Plan répond qu'"au deuxième tour, ça ne marche jamais".

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Elections régionales 2021

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.