Cet article date de plus de cinq ans.

Elections régionales : le dernier meeting de Claude Bartolone, une veillée funéraire

La tête de liste socialiste pour les élections régionales en Ile-de-France a reçu Manuel Valls à l'occasion d'un dernier meeting, à Paris. Une réunion plombée par les attentats et les sondages.

Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 3 min.
Claude Bartolone, tête de liste socialiste aux régionales en Ile-de-France, entouré par la maire de Paris, Anne Hidalgo, et le Premier ministre, Manuel Valls, lors d'un meeting dans la capitale, le 3 décembre 2015. (MARTIN BUREAU / AFP)

Le pupitre est installé, les roses préparées, les éléphants conviés. En apparence, tous les ingrédients du grand raout socialiste sont réunis, jeudi 3 décembre, à la halle Carpentier, dans le 13e arrondissement de Paris. Mais sur l'écran géant, ce ne sont pas des sourires qui défilent, mais les images de la place de la République, submergée de fleurs en hommage aux victimes des attentats.

Une minute de silence pour commencer la soirée

Entre deux salves d'applaudissements, le meeting de Claude Bartolone, le dernier avant le premier tour des élections régionales en Ile-de-France, prend des allures de veillée funéraire, trois semaines après les attaques. "Cette campagne, il fallait qu'elle s'interrompe pour rendre hommage à nos morts, explique Manuel Valls, venu assister à son seul et unique événement de campagne jusque-là. Cette campagne devait reprendre, mais pas comme avant, chacun l'a bien senti." Loin des festivités habituelles, la soirée commence donc par une minute de silence, suivie par des poèmes et des chansons.

Mais les attentats continuent d'assombrir l'atmosphère de la soirée, une fois le temps des discours venus. Loin de l'Ile-de-France, Manuel Valls préfère évoquer la politique nationale, en vantant sa politique de sécurité, en défendant l'état d'urgence. Le Premier ministre convoque même les événements du 13 novembre pour convaincre les abstentionnistes.

Se rendre aux urnes est plus qu'un devoir, c'est une exigence.

Manuel Valls

au meeting de Claude Bartolone

Des sondages en berne

Pour ne rien arranger à l'ambiance, les sondages continuent d'enfoncer Claude Bartolone. Jour après jour, les dernières enquêtes d'opinion prédisent une victoire de Valérie Pécresse (Les Républicains). Alors le monsieur loyal de la soirée invoque la maire de Paris, Anne Hidalgo, comme un totem. "Elle a conduit les Parisiens à la victoire en 2014, lance l'orateur du PS. Les médias, les analystes disaient qu'elle ne gagnerait pas. Ce sera pareil pour Claude Bartolone !"

Dans les tribunes, certains veulent encore y croire. "Barto ! Barto !" scande la salle à plusieurs reprises. David, 50 ans, lève le poing. "La victoire est avec nous, assure-t-il, bien décidé. On est optimistes, on ne peut pas être vaincus avant le combat." Quand on l'interroge sur les chances de victoire de Claude Bartolone, Marianne, 26 ans, répond au contraire par un long silence. "Hum… Je ne suis pas défaitiste, mais je ne suis clairement pas optimiste non plus, explique la jeune femme. Il faut voir la réalité en face."

"Ça aurait pu être plus festif, tout de même"

"Je suis inquiète, oui, forcément, abonde sa voisine, Laura, 23 ans. Mais peut-être que les attentats vont pousser les gens à se mobiliser, les abstentionnistes à aller voter." "Sur le marché, certes, les gens nous parlent, mais souvent pour se plaindre du gouvernement", constate Pierre, 60 ans.

On n'aura pas gagné tant qu'on n'aura pas donné du boulot aux gens. Tant qu'on n'aura pas résolu l'équation du chômage, de toute façon…

Pierre, militant

au meeting de Claude Bartolone

"Franciliennes, Franciliens, les yeux dans les yeux, répondez-moi ! implore Claude Bartolone. Voulez-vous gagner dimanche ?" Sans surprise, la réponse est unanime : "OUI", répondent les militants présents, avant de reprendre une dernière fois La Marseillaise et de quitter la salle. A la sortie, dans le tramway qui ramène chacun chez soi, une militante ne peut s'empêcher de regretter l'ambiance de la soirée : "Ça aurait pu être plus festif, tout de même."

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Elections régionales 2021

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.