Cet article date de plus de cinq ans.

Le Nouveau centre d'Hervé Morin se rebaptise Les centristes

Le parti pose des conditions à son maintien au sein de l'UDI, présidée par Jean-Christophe Lagarde. En cause : le soutien de l'UDI à Alain Juppé lors des primaires, alors que le Nouveau centre s'était rallié à François Fillon.

Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
Le président du parti Les Centristes, Hervé Morin, le 11 décembre 2016 à Paris. (PATRICK KOVARIK / AFP)

Le Nouveau centre change de nom. Le parti présidé par l'ex-ministre Hervé Morin, s'est rebaptisé Les centristes. "Le Nouveau Centre et les Bâtisseurs [une autre formation] décident de s'unifier dans un nouveau parti politique au sein de l'UDI. Ce parti aura pour nom 'Les Centristes'", indique ce parti, dimanche 11 décembre dans un communiqué, à l'issue d'un congrès extraordinaire organisé ce week-end.

Le Nouveau centre, une des composantes de l'UDI, s'était rallié, lors de l'entre-deux-tours de la primaire de la droite, à François Fillon, alors que la plupart des membres de l'UDI s'étaient rangés derrière Alain Juppé. Depuis l'élection à la présidence de l'UDI de Jean-Christophe Lagarde à l'automne 2014, pour remplacer Jean-Louis Borloo, le Nouveau centre faisait déjà un peu bande à part. Avec l'UDI, le divorce n'est pas encore consommé, mais la nouvelle formation lance pose plusieurs conditions à son maintien au sein de cette fédération de partis centristes.

Ils tiennent à l'alliance avec Les Républicains

Ainsi, "Les Centristes rappellent leur attachement à l'alliance politique avec Les Républicains. Tout changement d'alliance politique conduirait inévitablement à une sortie de l'UDI", préviennent-ils. Selon eux, "la ligne politique de l'UDI doit être décidée démocratiquement au sein des instances. Elle doit être claire et cohérente avec nos valeurs".

"La collégialité des décisions doit s'organiser, par exemple avec un contrat de gouvernance interne, dans une instance composée des présidents des partis de l'UDI et des présidents des groupes parlementaires", réclament-ils. "L'autonomie de chaque parti fondateur de l'UDI doit être garantie, réaffirmée et respectée. L'UDI devra modifier son organisation en s'inspirant du confédéralisme de l'UDF", le parti centriste dissous en 2007, préconise la formation d'Hervé Morin. "La transparence, le pluralisme doivent prévaloir dans l'organisation, l'administration et la gestion de l'UDI", exigent par ailleurs Les centristes.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Actualité Présidentielle 2022

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.