DIRECT. Election présidentielle : Pécresse, Mélenchon, Zemmour... suivez ce week-end de rentrée politique

Valérie Pécresse réunit ses soutiens à Brive-la-Gaillarde, Eric Ciotti rassemble ses forces dans les Alpes-Maritimes, pendant que les socialistes et les insoumis poursuivent leurs universités d'été.

Valerie Pécresse lors d\'une conférence de presse, le 25 août 2021, à Paris.
Valerie Pécresse lors d'une conférence de presse, le 25 août 2021, à Paris. (NATHAN LAINE / HANS LUCAS / AFP)
Ce qu'il faut savoir

Anne Hidalgo, présente aux journées d'été des socialistes à Blois (Loir-et-Cher), a promis "une très belle aventure démocratique" aux militants, sans toutefois se déclarer officiellement candidate à la présidentielle. Samedi 28 août, c'est au tour des Républicains d'organiser leurs universités d'été à La Baule (Loire-Atlantique) sur fond de rivalités pour la course à la présidentielle. Valérie Pécresse et Eric Ciott rassemblent également leurs soutiens, tandis que le PS et LFI poursuivent leurs universités d'été. Suivez notre direct.

#LR La droite s'active. Les Républicains organisent leurs universités d'été à La Baule, alors que le casting pour l'élection présidentielle s'affine. Après Laurent Wauquiez, le chef de file des sénateurs LR, Bruno Retailleau, a à son tour annoncé vendredi qu'il renonçait à se présenter.

#PRIMAIRE Tous contre Bertrand ? Si Xavier Bertrand refuse toujours d'entendre parler d'une primaire, les autres candidats lui mettent la pression. Valérie Pécresse fait sa rentrée politique à Brive-la-Gaillarde samedi matin et Eric Ciotti réunit ses soutiens en fin d'après-midi, à Levens (Alpes-Maritimes).

#PS Anne Hidalgo bientôt candidate ? La maire de Paris, créditée pour l'instant d'environ 7% des intentions de vote dans les sondages, s'est rendue aux universités d'été. Elle a promis "une très belle aventure démocratique" aux militants, sans toutefois se déclarer officiellement candidate à la présidentielle.

#LFI La France insoumise organise également sa rentrée près de Valence, dans la Drôme. Les militants de La France insoumise craignent la division de la gauche et l'abstention pour la "der des ders" de Mélenchon. De son côté, le Parti communiste fait sa rentrée à Aix-en-Provence (Bouches-du-Rhône) jusqu'à demain.

Retrouvez ici l'intégralité de notre live #POLITIQUE

21h50 : Parmi les mesures annoncées : faire rentrer Gisèle Halimi au Panthéon, "sanctionner tout manquement au droit des femmes et à l'égalité salariale", "rendre possible le référendum d'initiative partagé", créer "un minimum jeunesse", "remplacer l'indice PIB par des indicateurs économiques prenant en compte la qualité de la vie ou le développement durable".

21h49 : "Je me bats pour la victoire" et pour "mettre fin à l'aventure macroniste" : le premier secrétaire du parti socialiste, Olivier Faure, persuadé que "le match n'est pas plié", a présenté ce soir le projet de son parti pour 2022, au deuxième jour du campus d'été du PS à Blois.

21h16 : Huguette Bello, présidente de la région La Réunion, seul territoire avec la Guyane à avoir basculé à gauche aux régionales, a apporté son soutien "plein et entier" au candidat à la présidentielle Jean-Luc Mélenchon, depuis les amphis d'été de LFI dans la Drôme.

20h54 : Plusieurs responsables politiques ont vivement désapprouvé la proposition. "Hallucinant" a répondu la députée LFI de Seine-Saint-Denis, Clémentine Autain. Le député LREM du Cher, François Cormier-Bouligeon, a de son côté estimé que cela reviendrait à "rétablir le suffrage censitaire".

20h52 : C'est une proposition qui fait déjà des remous. Le député LR de l'Oise a proposé, lors de la pré-rentrée des Républicains à La Baule (Loire-Atlantique) "d'étudier l'opportunité pour les propriétaires de résidences secondaires (...) de voter aux élections municipales sur leurs deux lieux de vie".

20h39 : "Je n'ai pas d'adversaire dans cette élection, que des amis"

Eric Ciotti, député LR des Alpes-Maritimes et candidat à la primaire que pourrait organiser son parti dans le cadre de l'élection présidentielle 2022, a appelé à une "campagne apaisée", avant son discours de candidature à Levens, dans l'arrière-pays niçois.

18h55 : "J'ai considéré que le pire n'était pas écarté, et le pire, c'est la division."

Lors de la pré-rentrée des Républicains, à La Baule (Loire-Atlantique), le chef de file des sénateurs LR a expliqué qu'il avait renoncé à se présenter à l'élection présidentielle par crainte des "divisions" de sa famille politique, qui profiteraient selon lui à Emmanuel Macron.

17h37 : "Nous serons, durant cette campagne, la droite des services publics."

Le maire de La Garenne-Colombes (Hauts-de-Seine) a proposé de "débureaucratiser une partie de l'administration" et a souhaité une "fonction publique renforcée avec des gens qui sont au contact", lors de la pré-rentrée des Républicains à La Baule (Loire-Atlantique).

15h44 : "Nous sommes face à un choix de civilisation, la finance ou l'existence, et nous faisons le choix de l'existence, de l'être humain."

Aux universités d'été du PCF, à Aix-en-Provence, le secrétaire national du parti dit vouloir "libérer la France et reprendre la main sur l'économie". Il assure ne pas aller "à cette élection pour faire de la figuration".

14h08 : Devant quelque 500 militants Les Républicains réunis en pré-rentrée à La Baule (Loire-Atlantique), Michel Barnier assure qu'il ne "participera à aucune division" de son camp. "Tout le monde n'est pas là, tout le monde n'est pas loin", avait-il minimisé, à son arrivée, au sujet de l'absence de plusieurs figures du parti.




(Baptiste Roman / Hans Lucas / AFP)

14h16 : Voici les principaux titres à 14 heures :

• La droite se présente en ordre dispersé pour sa rentrée politique. Alors que Xavier Bertrand refuse toujours de prendre part à une primaire, Valérie Pécresse clame qu'il n'y a "rien de plus démocratique que la primaire pour désigner un candidat unique". Suivez notre direct.



• Pour le septième week-end consécutif, des dizaines de milliers de personnes manifestent en France pour s'opposer au pass sanitaire. Les autorités s'attendent à un nouveau recul des chiffres de la mobilisation, qui a attiré 175 000 personnes samedi dernier. Suivez notre direct.


• La France a mis un terme à son opération d'évacuation de près de 3 000 Français et Afghans, hier soir. Face au groupe Etat islamique, "il ne faut pas baisser la garde", prévient Emmanuel Macron, en Irak, avant un sommet sur la situation au Moyen-Orient.

• La moisson française s'accélère à Tokyo. La délégation tricolore a remporté neuf nouvelles médailles, aujourd'hui, dont une d'or pour Alexis Hanquinquant au triathlon. Avec 19 médailles, dont trois dorées, la France est 13e au classement des nations. Suivez notre direct.


14h03 : "La primaire, c'est un moyen de départager des candidats s'il n'y a pas un seul candidat naturel."

Ciblant implicitement Xavier Bertrand, qui refuse de s'engager dans une primaire à droite, la présidente de la région Ile-de-France juge "logique de jouer collectif". Selon elle, sur France Bleu Limousin, il n'y a "rien de plus démocratique que la primaire pour désigner un candidat unique".

13h14 : L'apéro s'éternise ou vous vous ennuyez sur le chemin du retour des vacances ? Prenez le temps de lire l'un de nos meilleurs articles du jour :

• Notre journaliste Clément Parrot se penche sur la stratégie solitaire de Xavier Bertrand, qui refuse toujours de prendre part à la primaire de la droite.

• En reportage aux universités d'été de La France insoumise, dans la Drôme, Mathieu Lehot vous rapporte l'appréhension des militants à quelques mois de la "der des ders" de Jean-Luc Mélenchon.

• A moins de deux semaines de l'ouverture du procès des attentats de novembre 2015, Catherine Fournier vous décrit l'énorme machine mise en marche par le monde judiciaire pour organiser ce "marathon".

12h30 : De son côté, à Blois (Loir-et-Cher), Anne Hidalgo participe à l'université d'été du Parti socialiste et teste encore ses habits de présidentiable, hors de ses terres d'élection parisiennes. Des journalistes du Figaro et de La Dépêche tentent de la suivre en ville.

12h20 : "Je ne peux pas me dire que Jean-Luc ne sera pas président de la République."

Selon cette militante rencontrée dans la Drôme, Jean-Luc Mélenchon, qui a annoncé que la campagne de 2022 serait sa dernière, a toutes ses chances. D'autres sont plus pessimistes, comme Françoise, qui en vient à se demander "à quoi ça sert d'aller faire campagne".

12h17 : Du côté de La France insoumise, on tient son université d'été à Châteauneuf-sur-Isère, dans la Drôme. Sur place, notre journaliste Mathieu Lehot a pu constater l'appréhension des militants avant la "der des ders" de Jean-Luc Mélenchon à la présidentielle, face à la division de la gauche et aux risques d'abstention.




(NICOLAS GUYONNET / HANS LUCAS / AFP)

12h09 : Le chroniqueur d'extrême droite Eric Zemmour participe, lui, à l'université d'été du parti de droite Objectif France, selon un journaliste du Parisien.

12h09 : La droite fait sa rentrée en ordre dispersé. Pendant que Les Républicains se réunissent à La Baule (Loire-Atlantique), Valérie Pécresse réunit son mouvement, Libres, à Brive (Corrèze), en attendant, demain, la traditionnelle ascension du mont Mézenc par Laurent Wauquiez, en Haute-Loire. C'est le député Eric Woerth qui résume le mieux la situation.

10h38 : Beaucoup à droite pensent que Xavier Bertrand aura du mal à tenir sa position solitaire jusqu'au bout. "Il espérait prendre suffisamment d'avance pour que les autres ne puissent pas le rattraper, avec le secret espoir d'être placé au second tour par les enquêtes d'opinion, mais c'est raté", juge Brice Hortefeux. Je vous raconte le match que se livrent à distance les candidats de droite.

10h38 : Depuis l'annonce de la candidature de Valérie Pécresse, Xavier Bertrand n'est plus seul à occuper l'espace médiatique à droite. "L'action de Valérie Pécresse, cet été, a créé le match", se félicite Patrick Stefanini, directeur de campagne de Valérie Pécresse, candidate depuis fin juillet.

10h36 : Le casting s'affine à droite en vue d'une éventuelle primaire. Michel Barnier et Eric Ciotti ont rejoint cette semaine Valérie Pécresse et Philippe Juvin dans la course présidentielle. Et si Xavier Bertrand refuse toujours de participer à une primaire, je vous explique comment la pression en ce sens s'accentue sur le président de la région Hauts-de-France.



(LUDOVIC MARIN / AFP)