Cet article date de plus de deux ans.

Jugement en décembre pour deux hommes accusés d'avoir usurpé l'identité d'Emmanuel Macron dans des e-mails

A quelques jours de l'élection présidentielle de 2017, deux hommes s'étaient fait passer pour Emmanuel Macron dans des e-mails, appelant à "ne pas voter pour lui".

Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
Le président de la République Emmanuel Macron, le 17 septembre 2018, à l'Elysée, à Paris. (MUSTAFA YALCIN / ANADOLU AGENCY)

En 2017, ils avaient usurpé l'identité du candidat Emmanuel Macron : deux hommes, dont un militant de la droite conservatrice, seront jugés le 12 décembre prochain, a décidé le tribunal correctionnel de Paris le 18 septembre. Selon l'AFP, à quelques jours de l'élection présidentielle de 2017, les deux hommes avaient envoyé un e-mail intitulé "10 bonnes raisons de ne pas voter pour moi" et signé "Emmanuel" à une centaine de destinataires, via l'adresse "emmanuel.macron.enmarche@gmail.com".

Le message avait ensuite été envoyé, depuis deux adresses anonymisées, à des membres de l'équipe du candidat et à des journalistes, en appelant à signer une pétition intitulée "Emmanuel Macron, où est passé votre patrimoine ?", sur un site anti-Macron et anti-immigration. Le président de la République avait porté plainte et le parquet avait ouvert une enquête.

Poursuivis pour usurpation d'identité, les prévenus avaient déjà comparu en mars dernier devant le tribunal correctionnel, mais celui-ci avait décidé de transmettre une question prioritaire de constitutionnalité (QPC) de la défense à la Cour de cassation, ce qui avait reporté l'examen de l'affaire. La Cour ayant refusé de transmettre cette question au Conseil constitutionnel, le tribunal a fixé le procès au 12 décembre 2018. Le chef de l'Etat ne s'est pas constitué partie civile au procès.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.