Vidéo Anne Hidalgo défend la légitimité de sa candidature

Publié Mis à jour
Dimanche en politique : Anne Hidalgo défend la légitimité de sa candidature
FRANCE 3
Article rédigé par
F. Letellier - France 3
France Télévisions

La candidate du Parti socialiste pour l’élection présidentielle 2022 est l’invitée du "Dimanche en politique" dimanche 6 février. Crise sanitaire, stratégie économique, pouvoir d’achat… Elle répond aux questions de Francis Letellier à quelque 60 jours du premier tour.

Anne Hidalgo est d’abord interrogée sur la crise sanitaire. Alors que les parlementaires socialistes défendent la vaccination obligatoire, Anne Hidalgo assure que si elle devient présidente, elle n’obligera pas à faire vacciner, mais promet "d’accompagner avec beaucoup de pédagogie pour qu’il y ait un maximum de personnes qui puissent le faire".

Côté économie, elle est interrogée sur les tarifs de péage qui ont augmenté de 2 % en moyenne. Plusieurs candidats, de gauche comme de droite, demandent la nationalisation des autoroutes. Un avis qu’elle ne partage pas. "En revanche, je propose une voie alternative de créer un établissement public qui aurait à accompagner la transformation des autoroutes." À l’heure actuelle, elle est davantage favorable à un gel des prix des péages plutôt qu’une renationalisation.

Des tarifications sociales dans les Ehpad

Suite au scandale des Ehpad Orpea, Anne Hidalgo propose "un grand service public d’accompagnement avec le maintien à domicile comme principe de base et, pour le très grand âge, avoir des Ehpad avec des tarifications sociales". Enfin, elle est également interrogée sur sa candidature, après avoir affirmé dans les colonnes de Libération qu’elle était "la candidate légitime". "Ma candidature, c’est celle d’une femme, de gauche, social-démocrate qui a fait sienne l’écologie et qui s’inscrit à la fois dans la grande histoire de la gauche républicaine (…) et la vision que je propose, c’est celle d’une famille politique qui gagne partout en Europe", conclut-elle. 

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.