Cet article date de plus de deux ans.

Présidentielle 2022 : "J’ai décidé de me présenter", confie le philosophe Gaspard Koenig

Publié Mis à jour
Présidentielle 2022 : « J’ai décidé de me présenter », affirme le philosophe  Gaspard Koenig
Présidentielle 2022 : « J’ai décidé de me présenter », affirme le philosophe Gaspard Koenig Présidentielle 2022 : « J’ai décidé de me présenter », affirme le philosophe Gaspard Koenig (France 2)
Article rédigé par France 2 - C. Roux
France Télévisions

Le philosophe Gaspard Koenig est l’invité des "4 Vérités" de France 2, mardi 11 janvier.

À la suite d’un périple en France et de la fondation du parti Simple, Gaspard Koenig a décidé de concourir à l’élection suprême. "J’ai décidé de me présenter à l’élection présidentielle. C’est le moment où peuvent émerger des forces politiques nouvelles en France", explique le philosophe, invité des "4 Vérités" de France 2, mardi 11 janvier. "Président de la République cela ne me fait pas rêver, je n’ai pas réponse à tout, je ne suis pas un sauveur, un messie, je ne guéris pas les écrouelles. La Cinquième République fait croire cela aux gens, qui sont toujours déçus", ajoute-t-il.

"Je propose de refonder notre droit"

Le philosophe est-il lui-même un déçu du macronisme ? "Dans ce grand espace politique du centre, Emmanuel Macron a pris une attitude extrêmement autoritaire, il a gouverné d’en haut, il a recentralisé, il a représidentialisé les institutions, il faut faire tout l’inverse : il faut prôner la liberté par le bas, il faut donner la responsabilité aux communes, aux individus, aux entreprises", précise Gaspard Koenig.

Que faut-il faire alors ? "Je propose de refonder notre droit, comme on avait fait après la Révolution française, comme le juriste Jean-Étienne-Marie Portalis l’avait fait. On pense qu’il est possible de réduire par 100 le nombre de normes en France, en revenant à des grands principes clairs et simples, à un droit intelligible", conclut le philosophe.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.