Organisation des élections en juin : "On ne peut pas le faire, c'est très clair", affirme le président de l'Association des maires ruraux de France

Pour Michel Fournier, les conditions d'encadrement du scrutin des régionales et des départementales ne pourront pas être respectées dans les plus petites communes.

Article rédigé par
Radio France
Publié
Temps de lecture : 1 min.
Pour le président de l'Asssociation des maires ruraux, le personnel ne sera pas suffisant pour encadrer le scrutin des régionales et des départementales. (CLEMENT MAHOUDEAU / AFP)

"On ne peut pas avoir le personnel dans les conditions exigées par le conseil scientifique" pour organiser les élections départementales et régionales en juin, a affirmé ce dimanche Michel Fournier, président de l'Association des maires ruraux de France. "On ne peut pas le faire, c'est très clair", affirme-t-il alors que les maires sont appelés à se prononcer sur le maintien des élections en juin dans un contexte d'épidémie de Covid-19

"J'ai des collègues qui sont décédés" lors des élections municipales en 2020, a-t-il expliqué. "J'ai 71 ans, je viens d'être vacciné. Je serai le seul dans ma commune à pouvoir répondre aux conditions. Et je n'ai pas envie d'avoir une responsabilité de mettre en danger mes collaborateurs ou toutes les personnes qui pourraient venir pour cette élection", a-t-il expliqué.

Aucune garantie sur les conditions de sécurité

Michel Fournier a par ailleurs dénoncé "les contradictions" de certaines "personnalités qui déclarent aujourd'hui que les élections doivent se tenir" alors qu’elles avaient appelé au report des élections municipales. "Nous, les maires ruraux, on est très pragmatiques. On n'a d'autres ambitions que celle d'assurer des élections d'une façon la plus sécuritaire et la plus conforme possible. On ne peut pas avoir le personnel dans les conditions exigées par le conseil scientifique. C’est tout", a-t-il souligné.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.