Primaire PS à Marseille : Ghali et Mennucci qualifiés, Carlotti reconnaît sa défaite

Six ténors locaux se disputaient l'investiture socialiste pour prendre la place de Jean-Claude Gaudin, maire UMP de la cité phocéenne depuis 18 ans. 

Samia Ghali, maire PS du 8e arrondissement de Marseille, candidate à la primaire socialiste pour les municipales, le 12 septembre 2013 à Marseille (Bouches-du-Rhône).
Samia Ghali, maire PS du 8e arrondissement de Marseille, candidate à la primaire socialiste pour les municipales, le 12 septembre 2013 à Marseille (Bouches-du-Rhône). (ANNE-CHRISTINE POUJOULAT / AFP)

Elle était l'outsider de cette campagne. La sénatrice Samia Ghali, 45 ans, a annoncé être arrivée en tête du premier tour de la primaire socialiste à Marseille, dimanche 13 octobre 2013. Elle a indiqué qu'elle affronterait au second tour Patrick Mennucci, 58 ans, maire des 1er et 7e arrondissements, ancien chef de file des socialistes au conseil municipal et ancien proche de Jean-Noël Guérini. Les résultats officiels n'ont pas encore été annoncés. Mais la ministre Marie-Arlette Carlotti, favorite du scrutin, a reconnu sa défaite. Elle a appelé à voter pour Patrick Mennucci.

Cette primaire était placée sous haute surveillance dans une fédération mise sous tutelle et marquée par les affaires Guérini, du nom du président du conseil général, mis en examen dans plusieurs dossiers. Six ténors locaux se disputaient l'investiture socialiste pour prendre la place de Jean-Claude Gaudin, maire UMP de la cité phocéenne depuis 18 ans, aux élections municipales de 2014

Carlotti dénonce le "clientélisme" à l'œuvre dans le scrutin

Le scrutin, marqué par une participation "particulièrement élevée", a été émaillé de nombreux couacs. Samia Ghali, maire du 8e arrondissement (quartiers nord), s'est notamment vue reprocher d'affréter des électeurs en minibus pour aller voter. La candidate malheureuse et ministre Marie-Arlette Carlotti a dénoncé le "clientélisme" à l'œuvre, selon elle, au cours de ce scrutin et son organisation "paramilitaire". Elle a demandé à la Haute Autorité des primaires la publication des comptes de campagne des six candidats le plus rapidement possible.

D'autres candidats ont également annoncé qu'ils allaient déposer des recours pour protester contre des problèmes d'organisation, tels que des listes erronées dans un bureau du 15e arrondissement ou un bureau de vote oublié dans le 13e.