Saint-Denis : des manifestants envahissent le Conseil municipal et s'en prennent verbalement et physiquement à certains élus

Des manifestants s'en sont pris verbalement et physiquement à des élus en plein conseil municipal à Saint-Denis, sur fond de réforme du temps de travail des agents municipaux.

Article rédigé par
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
L'hotel de ville de Saint-Denis (Seine-Saint-Denis), en octobre 2016. (CHRISTOPHE ARCHAMBAULT / AFP)

Des manifestants ont envahi le conseil municipal de Saint-Denis (Seine-Saint-Denis) dans la soirée du jeudi 8 octobre, rapporte France Bleu Paris. Le Conseil a été interrompu pendant plus de quinze minutes. Plusieurs dizaines d'agents municipaux ont forcé l'entrée de la mairie, se sont introduits dans la salle et s'en sont pris verbalement et physiquement à certains élus. Ils s'étaient déjà donnés rendez-vous devant l'hôtel de ville, avant le conseil municipal, vers 19h, pour protester contre la réforme du temps de travail des agents municipaux, en grève depuis six jours.

L'adjoint au commerce blessé à la tête

Selon un des journalistes du Journal de Saint-Denis présent sur place, l'adjoint au commerce, Bertrand Revol, a été blessé en recevant un coup sur la tête, alors que le maire socialiste Mathieu Hanotin a lui été exfiltré jusqu'à ce que la police, appelée en renfort, intervienne. Elle était toujours à la recherche des manifestants qui ont proféré des menaces.

Le conseil municipal a finalement pu se poursuivre quand les manifestants ont été évacués. Mathieu Hanotin affirme sur les réseaux sociaux que "la municipalité portera plainte" vendredi.

Une adjointe menacée la veille

La veille, en fin d'après-midi, une adjointe de Saint-Denis avait été agressée verbalement et menacée physiquement lors d'une visite d'un espace jeunesse de la ville. Selon les informations de France Bleu Paris, il s'agit de Nathalie Voralek, adjointe à la sécurité. "Les responsables de l'espace jeunesse et des membres de la direction jeunesse de Saint-Denis, présents au moment des faits, ont été convoqués par leur hiérarchie", explique la mairie.

Ces agressions verbales et physiques interviennent dans un contexte tendu entre la municipalité et ses agents. Le maire socialiste de Saint-Denis, Mathieu Hanotin, élu en juin, mettant fin à l'hégémonie communiste, avait promis pendant sa campagne d'augmenter le temps de travail et de réviser la prime annuelle des agents municipaux. Le projet a rencontré une vive opposition et se traduit aujourd'hui par une grève qui dure depuis six jours. Les cantines scolaires sont à l'arrêt et les centres de loisirs, très perturbés.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.