Municipales 2020 : au Havre, Edouard Philippe en tête du premier tour avec 43,59%, mais menacé par Jean-Paul Lecoq

Le Premier ministre distance la liste du député communiste de Seine-Maritime. Mais celui-ci pourrait s'allier à gaucher et fusionner sa liste avec les écologistes pour le second tour. 

Le Premier ministre Edouard Philippe au cours de sa campagne municipale au Havre (Seine-Maritime), le 20 février 2020.
Le Premier ministre Edouard Philippe au cours de sa campagne municipale au Havre (Seine-Maritime), le 20 février 2020. (LOU BENOIST / AFP)

Edouard Philippe est en difficulté. Le chef du gouvernement est arrivé en tête du premier tour des élections municipales au Havre, dimanche 15 mars, avec 43,59% des suffrages, selon les résultats du ministère de l'Intérieur. En 2014, l'actuel Premier ministre s'était fait élire dès le premier tour avec 52,04% des voix. Dans une campagne marquée par l'épidémie de coronavirus, Edouard Philippe s'avance cette fois vers un deuxième tour avec de vrais doutes. Car le député communiste Jean-Paul Lecoq se classe en deuxième position avec 35,87% des voix. 

>> Suivez l'entre deux tours des municipales en direct sur franceinfo.fr

Jean-Paul Lecocq devrait tenter de trouver un accord avec le troisième de ce scrutin, l'écologiste Alexis Deck, qui avec 8,28% des voix ne serait pas en mesure de se maintenir au second tour. Les deux hommes n'étaient pas parvenus à s'entendre avant le premier tour sur la composition d'une liste commune, chacun restant sur ses exigences. "Le dialogue a quand même eu lieu, (...) nous nous retrouverons au second tour", avait prédit Alexis Deck à franceinfo en février. Si les deux listes fusionnent, elles pourraient concurrencer le Premier ministre, alors qu'en 2014, les listes de gauche avaient atteint péniblement 33%.

Une campagne aux enjeux nationaux

Les enjeux nationaux se sont invités dans cette campagne municipale au Havre avec le décision d'Edouard Philippe de prendre la tête de liste. Le Premier ministre a annoncé qu'il resterait à Matignon en cas de victoire et qu'il confierait l'intérim de la mairie à l'actuel maire du Havre, Jean-Baptiste Gastinne, qui est également en troisième position sur la liste soutenue par LREM. Edouard Philippe est le cinquième Premier ministre de l'histoire de la Ve République à se confronter aux électeurs lors des municipales. Avant lui, Jacques-Chaban Delmas en 1971, Michel Rochard en 1988, Alain Juppé en 1995 avaient tous réussi à se faire réélire dès le premier tour. Seul Pierre Mauroy avait eu besoin d'un second tour en 1983 après avoir obtenu 46,3% au premier tour.

De son côté, Edouard Philippe a tenté au fil de sa campagne de se débarrasser de son costume de Premier ministre à chaque fois qu'il se rendait dans sa terre d'élection. Mais les opposants à la réforme des retraites et ses adversaires ont tout fait pour rappeler le bilan gouvernemental du candidat Philippe. "On va lui rappeler qu'il est totalement responsable de la politique nationale", expliquait Jean-Paul Lecoq à franceinfo pendant la campagne.

Il reste désormais une semaine au chef du gouvernement pour convaincre les Havrais. En cas de défaite, Edouard Philippe serait très affaibli politiquement, même si Emmanuel Macron a annoncé ne pas vouloir tirer des "conséquences nationales" du scrutin de "manière automatique". Une défaite du Premier ministre dans son bastion sonnerait malgré tout comme un rejet de la politique gouvernementale.