"Personne ne s'est signalé pour prendre la relève" : ces communes menacées de disparition faute de candidats aux municipales

Alors que la campagne électorale bat son plein, certains petits villages peinent à trouver des volontaires pour briguer la mairie. Sans candidat au 27 février, le premier tour sera annulé. Et à terme, ces communes pourraient même disparaître.

En 2014, 64 communes n\'avaient pas de candidats aux élections municipales avant le premier tour.
En 2014, 64 communes n'avaient pas de candidats aux élections municipales avant le premier tour. ((PIERRE-ALBERT JOSSERAND / FRANCEINFO))

Une route départementale, une église et quelques bâtisses au toit de tuiles ou de tôles qui surplombent les champs. Bienvenue à Courties, petit village gascon de 50 âmes dans le sud-ouest du Gers. Alors que la campagne des municipales bat son plein dans le reste du pays, ici pas de tracts glissés dans les boîtes aux lettres, pas d'affiches qui s'effritent sur les murs, encore moins de militants qui alpaguent le passant. Et pour cause : à quelques jours de la date limite du dépôt des candidatures, jeudi 27 février, personne ne souhaite prendre la suite du maire actuel.

Une campagne électorale sans candidat ? A Courties, le problème n'est pas nouveau. Comme 63 autres villages, le bourg avait déjà échoué à présenter une liste lors des dernières élections municipales, en 2014. Suivant la procédure, la préfecture avait alors annulé le premier tour.

Bruno Russo, artisan dans le bâtiment de 47 ans et enfant du pays, s'était finalement porté candidat entre les deux tours, une possibilité prévue par la loi depuis 2013 dans les communes de moins de 1 000 habitants, pour éviter l'annulation du scrutin.

On voulait faire perdurer l'identité du village.Bruno Russo, maire sortant de Courtiesà franceinfo

Un engagement de dernière minute avec sa femme Christelle, agent d'entretien, devenue après l'élection son adjointe. Sans concurrence, il avait réalisé un score de rêve : plus de 90% des voix au second tour. Sans lui, la préfecture aurait été obligée de nommer une "délégation spéciale" pour gérer les affaires courantes du village, le temps d'organiser de nouvelles élections, indique le Code général des collectivités territoriales. Faute de candidats à ce nouveau scrutin, Courties aurait fini par être fusionnée de force avec une commune voisine – une mesure à laquelle l'Etat n'a pour l'instant jamais eu recours. En 2014, cinq communes restées sans candidats à la veille du second tour étaient passées sous la tutelle de la préfecture. Dans les semaines qui avaient suivi, de nouvelles élections avaient été organisées, permettant l'élection d'un conseil municipal.

Etre maire, "c'est 50% positif et 50% négatif"

Pourtant, hors de question pour Bruno Russo de briguer de nouveau l'écharpe tricolore. "C'est une expérience à vivre, mais franchement, c'est 50% positif et 50% négatif", estime celui qui est récemment devenu, outre son mandat, assistant familial pour héberger des enfants placés. "Etre maire prend beaucoup de temps et mentalement, je dois aussi être disponible pour les jeunes que j'accueille", justifie-t-il. 

L'ambiance délétère du village, où quelques habitants se sont régulièrement opposés à l'action de l'équipe municipale, n'a pas non plus aidé à nourrir la flamme du nouvel élu.

J'ai fait tout ce que j'ai pu avec les moyens dont je disposais, mais on m'a injurié, on a dit que j'avais ruiné la commune, que je l'avais anéantie...Bruno Russoà franceinfo

Personne au conseil municipal n'a d'ailleurs souhaité reprendre le flambeau : une élue britannique n'en a de toute manière plus la possibilité depuis l'entrée en vigueur du Brexit, d'autres adjoints, agriculteurs, soulignent qu'ils n'en ont pas le temps...

"Quand ils ont pu observer au sein d'un conseil municipal ce que le fait d'être maire implique comme engagement, beaucoup se rendent compte qu'ils ne pourront pas concilier leur vie professionnelle ou personnelle avec cette fonction", souligne Martial Foucault, directeur du Centre d'étude de la vie politique française (Cevipof), professeur à Sciences Po et auteur de Maires au bord de la crise de nerfs (Editions de l'Aube, 2020).

"Plus la commune est petite et plus le contrôle social s'exerce, souligne-t-il. L'engagement comme maire peut alors susciter une forme de suspicion, être considéré comme une ambition illégitime, et certains habitants ne veulent pas prendre le risque de fragiliser leurs relations sociales."

Un climat de défiance

A Courties, un candidat potentiel a fait les frais de cette suspicion. "Inquiet" car "personne ne [s'était] signalé pour prendre la relève", le maire actuel, Bruno Russo, a contacté Olivier Bonnafont, récemment installé dans la propriété que sa famille possède au village après avoir perdu son emploi en Corrèze. Le quinquagénaire, pour qui "participer à la vie collective" a toujours semblé être "une évidence", a tenté de mobiliser ses voisins. En vain.

Quand je suis allé voir les trois ou quatre familles d'agriculteurs qui constituent le cœur du village, j'ai senti que ma candidature ne les intéressait absolument pas.Olivier Bonnafontà franceinfo

"Avec la disparition du travail dans le village et l'exode rural, les liens entre les habitants se sont défaits, il n'existe plus d'esprit de commune. Seules subsistent des petites querelles de clocher. En plus, je suis né dans le Nord, ici je suis perçu comme un étranger. Donc je n'ai pas insisté", regrette, un peu amer, cet ancien forestier reconverti dans la vigne. 

"Je n'ai qu'une hâte, c'est de partir !"

S'il est difficile d'évaluer combien de communes, comme Courties, risquent de se retrouver sans candidat, c'est loin d'être un cas isolé, comme en témoignent les nombreux articles de presse locale à ce sujet. Franceinfo en a ainsi recensé une dizaine, du Calvados à l'Ariège, en passant par la Corrèze.

Parmi elles, une quasi-homonyme de Courties, située à plus de 800 km du Gers : la commune de Courtils, dans le département de la Manche. Ce bourg de 229 habitants peine à faire émerger des volontaires, depuis que le maire, Guy Polfliet, a annoncé, à la mi-janvier, à l'occasion de ses voeux, qu'il souhaitait profiter de sa "liberté" de jeune retraité. Lors des dernières municipales, cet ancien directeur d'agence bancaire s'était déjà dévoué, à seulement 48 heures de la date limite du dépôt des candidatures, faute d'autres volontaires. Six ans plus tard, personne n'est davantage motivé. "J'ai fait sentir que la place était libre (...), mais rien", regrette l'édile.

Plusieurs membres de l'équipe municipale, comme le premier adjoint, Gérard Cornille, estiment qu'ils ont "assez donné". D'autres, comme Martine Ménager, en charge du tourisme, ont été découragés par la faible marge de manœuvre dont ils disposent. "Je n'ai qu'une hâte, c'est de partir !" confie ainsi cette ancienne chauffeuse de bus en région parisienne qui s'est engagée "pour s'occuper du village" où elle a ouvert des chambres d'hôtes. Mais en six ans, elle a découvert que "tout passe par la communauté de communes" et ne décolère pas vis-à-vis de l'Etat, qui "abandonne" un "village qui meurt" en réduisant ses dotations, estime-t-elle. Reste Thérèse Simon, conseillère municipale et retraitée, décrite par le maire dans Ouest-France comme "présente sur tous les fronts avec savoir-faire et discrétion", mais qui "n'ose pas" prendre la tête de liste, assure un membre de l'équipe municipale.

"L'impression de ne pas être à la hauteur décourage de nombreux candidats", reconnaît Martial Foucault, du Cevipof.

Etre maire nécessite de maîtriser un registre de compétences juridiques et financières, mais aussi de déployer des jeux politiques au sein des intercommunalités. Ça demande beaucoup plus que de savoir gérer la voirie.Martial Foucault, du Cevipofà franceinfo

Par ailleurs, des membres de l'équipe municipale qui "s'étaient présentés par sympathie ou adhésion à la tête de liste peuvent voir le fait de prendre sa suite comme une absence de loyauté envers celui qui les a convaincus", avance aussi le professeur de sciences politiques.

"Six ans de mandat, ça me paraît long..."

Face à l'absence de candidats, que comptent faire ces villages ? A Courties, le petit bourg du Gers, on se résigne. "Je ne sais pas si ça a encore un sens d'avoir une commune aussi petite que la nôtre, qui n'a plus d'identité", s'interroge Olivier Bonnafont. Pour l'éphémère candidat, la fusion avec une autre commune n'est finalement pas le pire des destins.

Le maire, Bruno Russo, en a lui aussi pris son parti, après avoir rencontré à deux reprises ces derniers mois la sous-préfète de Mirande. "Je lui ai dit que personne ne se manifestait, elle m'a conseillé de me rapprocher des communes environnantes pour leur proposer de fusionner. Mais elles n'ont pas été intéressées", assure, déçu, l'assistant familial, qui se réjouit néanmoins de laisser "une commune saine, sans emprunt en cours"

Ailleurs, certains maires réfléchissent à la possibilité de rempiler, convaincus par leurs administrés ou leur sens du devoir. A Courtils, Guy Polfliet pourrait ainsi accepter de rester en place pour éviter la disparition administrative du bourg, à condition de réussir à constituer une liste. "Ma femme sera à la retraite dans un an ou deux donc six ans de mandat, ça me paraît long... sourit l'élu. Mais s'il faut repartir, je le ferai, et je déléguerai davantage à mes adjoints."