Municipales : LREM se met tranquillement en marche

LREM a dévoilé lundi 17 juin 19 têtes de liste pour les élections municipales de mars 2020. Pour son premier scrutin local, le parti veut s'implanter sur l'ensemble du territoire.

France 3

Stanislas Guérini, le patron de La République en marche, n'a pas mis la barre très haute quand il veut passer le nombre d'élus locaux de 2 000 à 10 000. LREM est un tout jeune parti qui n'a pas encore fait son maillage territorial. Il compte nouer des alliances avec des élus locaux sortants pour profiter de leur implantation. Pour l'instant, peu ont mordu à l'hameçon : quatre et aucun élu les Républicains.

Paris, Reims, Perpignan

LREM veut montrer ses muscles en délogeant par exemple à Reims (Marne) Arnaud Robinet, le maire LR sortant, en envoyant l'avocat Gérard Chemla, qui aura fort à faire. À Paris, le parti refuse d'organiser une primaire comme le réclament quatre des cinq rivaux de Benjamin Griveaux. À Perpignan (Pyrénées-Orientales), la majorité va tout faire pour empêcher Louis Aliot, le compagnon de Marine Le Pen, de prendre la mairie. Elle pense à un front républicain autour de son candidat Romain Grau.

Le JT
Les autres sujets du JT
Stanislas Guérini, à l\'Elysée, le 17 décembre à Paris.
Stanislas Guérini, à l'Elysée, le 17 décembre à Paris. (LUDOVIC MARIN / AFP)