Municipales : le retour de la gauche ?

Si le PS a mené des alliances avec EELV, le parti a aussi remporté des victoires seul. C'est le cas à Lille (Nord) et à Dijon (Cote-d'Or).

France 2

À Lille (Nord), le beffroi de l'hôtel de ville a vacillé, mais il a tenu. Martine Aubry a conservé son siège de maire de justesse face aux écologistes. Cette victoire symbolise à elle seule la résistance du PS dans ces municipales, mais le message des urnes est passé. Quatrième mandat également pour François Rebsamen, le maire de Dijon (Côte-d'Or), sans alliance avec les écologistes.

"Merci de votre soutien"

D'autres bastions socialistes résistent, mais cette fois grâce à une alliance avec les écologistes. C'est le cas, notamment, de Clermont-Ferrand (Puy-de-Dôme), de Rouen (Seine-Maritime) ou encore Nantes Ille-et-Vilaine). Mais des conquêtes sont aussi à noter. La plus symbolique est celle de Mathieu Klein, à Nancy (Meurthe-et-Moselle) fief de la droite depuis la fin de la guerre. "Merci de votre soutien, merci de votre engagement", a-t-il salué, dimanche 28 juin, sur la place Stanislas.

Le JT
Les autres sujets du JT
La maire sortante de Lille, Martine Aubry, lors du second tour des élections municipales le dimanche 28 juin 2020.
La maire sortante de Lille, Martine Aubry, lors du second tour des élections municipales le dimanche 28 juin 2020. (FRANCOIS LO PRESTI / AFP)