Municipales : la droite limite la casse

Les Républicains perdent Bordeaux (Gironde) et Besançon (Doubs), mais ils conservent Toulouse (Haute-Garonne) et revendiquent aussi plus de la moitié des villes de plus de 9 000 habitants.

France 2

À Toulouse (Haute-Garonne), Jean-Luc Moudenc (LR) peut savourer sa victoire. La ville a choisi de rester à droite. Si les électeurs lui ont fait confiance, plutôt qu'à son adversaire écologiste, c'est avant tout pour sa capacité à rassembler veut croire le maire. Quant à sa stratégie, elle est parfaitement assumée : il ne parle jamais de politique nationale. "J'ai toujours expliqué qu'une municipalité ce n'était ni un bastion de l'opposition contre le gouvernement ni un comité de soutien pour le gouvernement", décrit Jean-Luc Moudenc.

"Parfum de combine"

La droite est majoritaire à Toulouse, à l'image d'autres villes qui basculent de la gauche vers les Républicains. C'est le cas de Metz (Moselle), Orléans (Loiret) ou Biarritz (Pyrénées-Atlantiques) notamment. Avant le scrutin, Les Républicains ont multiplié les accords avec LREM à Strasbourg (Bas-Rhin), à Bordeaux (Gironde), à Lyon (Rhône) et ailleurs. Mais ces alliances n'ont pas vraiment fonctionné. "Ça n'a pas marché, mais en plus il y a eu un petit parfum de combine", estime Nathalie Saint-Cricq, la cheffe du service politique de France 2.   

Le JT
Les autres sujets du JT
Le maire sortant (LR) de Marseille, Jean-Claude Gaudin, et Martine Vassal, la candidate (LR) dans les 6e et 8e arrondissements à la base nautique de la ville, le 24 juin 2020.
Le maire sortant (LR) de Marseille, Jean-Claude Gaudin, et Martine Vassal, la candidate (LR) dans les 6e et 8e arrondissements à la base nautique de la ville, le 24 juin 2020. (CLEMENT MAHOUDEAU / AFP)