Municipales à Paris : LREM en ordre de bataille derrière le candidat Benjamin Griveaux

Benjamin Griveaux a donné son premier meeting le soir du jeudi 18 juillet dans le 10e arrondissement de Paris. Après les échanges tendus de ces derniers jours, il a tenté de calmer les esprits.

FRANCE 3

À la fin de son meeting, Benjamin Griveaux savoure de longs moments sur scène, avant de filer à l'anglaise. Pas question pour lui de commenter l'article du magazine Le Point, révélant une conversation privée. Il y traite ses rivaux à l'investiture d'"abrutis". "Cédric (Villiani) n'a pas les épaules". "(Hugues) Renson, (...) un fils de...". "Mounir (Madjoubi) no comment".  Tous les trois étaient d'ailleurs absents lors du meeting de Benjamin Griveaux jeudi 18 juillet.

Des proches qui le soutiennent

"Benjamin Griveaux a dit quelques gros mots pendant une campagne parce qu'il était énervé, il l'a assumé lui-même. Il s'est excusé. Franchement si c'est la pire chose qu'on peut trouver sur Benjamin Griveaux, on s'en sortira", a lancé Marlène Schiappa, la secrétaire d'État chargée de l'Égalité entre les femmes et les hommes et de la lutte contre les discriminations, au micro de France 3. À la tribune, le tout nouveau candidat à la Mairie de Paris lance un appel à ses anciens rivaux de la République en Marche. "Cédric et Hugues, Mounir et Anne. Votre place est ici", a-t-il affirmé.

Le JT
Les autres sujets du JT
Benjamin Griveaux, alors secrétaire d\'Etat auprès du ministre de l\'Economie et des Finances, le 28 juillet 2017.
Benjamin Griveaux, alors secrétaire d'Etat auprès du ministre de l'Economie et des Finances, le 28 juillet 2017. (JOEL SAGET / AFP)