Cet article date de plus de huit ans.

Municipales à Paris : Anne Hidalgo attaque sa rivale NKM

Elle accuse la candidate de l'UMP de "se servir" de Paris en vue de la présidentielle de 2017. 

Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
La première adjointe du maire de Paris, Anne Hidalgo, s'adresse à ses soutiens socialistes, le 21 janvier 2013 à Paris.  (KENZO TRIBOUILLARD / AFP)

Les attaques en règle commencent dans la bataille des municipales de 2014 à Paris. La candidate PS, Anne Hidalgo, a accusé, dimanche 17 février, sa rivale UMP Nathalie Kosciusko-Morizet, qui a annoncé jeudi sa candidature, de vouloir "se servir" de la capitale. Elle "n'a jamais caché ses velléités par rapport aux primaires au sein de l'UMP ou même à la présidentielle", a ainsi estimé la première adjointe au maire de Paris sur  Radio J.

Pour Anne Hidalgo, NKM "abandonne d'une certaine façon les habitants de Longjumeau à qui elle jurait fidélité il y a encore quelques mois". Selon elle, cela la distingue des autres candidats UMP, Rachida Dati et Pierre-Yves Bournazel, qui "sont plus sincères dans leur démarche, sont implantés à Paris, ne considèrent pas Paris comme un tremplin". Elle l'accuse encore d'être soutenue par "les vieux barons" de l'UMP parisienne qui "la font venir pour une raison simple : ils veulent que rien ne bouge chez eux". L'élue socialiste a également souligné le manque de courage politique de sa rivale après son abstention sur le mariage pour tous.

Anne Hidalgo a également réagi aux déclarations, dimanche, de la ministre Cécile Duflot, qui n'exclut pas de se présenter à Paris. La première adjointe au maire de Paris se dit "toujours partante pour qu'on se rassemble dès le premier tour". "Aujourd'hui je ne vois pas beaucoup de raisons de ne pas l'être : avec les Verts, nous gouvernons Paris depuis 2001 ensemble et nous sommes au gouvernement ensemble", a-t-elle encore précisé.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.