Les gendarmes apprennent aux élus de la Creuse à faire face à l’agressivité des administrés

Publié
Durée de la vidéo : 1 min.
Formation Maires Gendarmes
Article rédigé par
France Télévisions

Maires ou adjoints, les élus font face à une violence en hausse de la part d’administrés en colère. Des élus locaux souvent démunis face à ces comportements. Pour les aider, la gendarmerie a mis en place un programme national de formations pour apprendre à réagir de façon appropriée à ces incivilités grandissantes. #IlsOntLaSolution

Un maire qui se fait invectiver sans ménagement par l’un de ses administrés au ton agressif : une situation de plus en plus courante, même si ce matin-là, ce n’est qu'une simulation. Face à une douzaine d’élus, un gendarme joue le rôle d’un habitant en colère et vindicatif. Une simulation dans le cadre de cette formation de quatre heures dirigées par des militaires eux-mêmes formés au préalable aux techniques de négociation par le GIGN.

"Nous pouvons leur apporter, au regard de notre expérience et de notre formation, notre aide pour qu’ils puissent au quotidien vivre plus sereinement leur mandat. Pour certains, c’est leur premier mandat et ils n’ont pas l’expérience des anciens et se retrouvent parfois dans des situations inconfortables", explique le colonel Cabioche, patron des gendarmes de la Creuse.

Agressions en hausse

Un phénomène qui n’épargne aucun territoire. C'est pourquoi ce programme de formation est proposé au niveau national par la gendarmerie nationale. En Creuse, les agressions, verbales mais aussi de plus en plus physiques, de maires ou d’élus locaux ont bondi de 20% en un an. Alors ils sont nombreux à s’être inscrits à cette formation de quatre heures qui doit leur permettre d’apprendre des techniques pour désamorcer l’agressivité. "L'objectif est d'être à l’écoute de la personne, de la laisser parler. Plus elle parlera, plus elle pourra s’exprimer, plus elle redescendra en pression, et plus ce sera facile ensuite d’initier le dialogue", explique le gendarme Xavier, référent négociateur pour le Limousin.

Pour le moment, deux à trois sessions hebdomadaires sont programmées jusqu'en juillet. Mais au vu de la demande - plus de 200 inscrits déjà - les gendarmes devront certainement jouer les prolongations dès la rentrée prochaine, en Creuse comme ailleurs.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Municipales

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.