Cet article date de plus de trois ans.

"La dernière fois j'ai oublié mon stylo, donc là il est déjà dans mon sac" : comment les électeurs s'organisent pour le second tour des municipales

Les Français retournent aux urnes dimanche pour le second tour des élections municipales. Après un report pour cause de pandémie et plus de trois mois après le premier tour, ce vote s'organise dans des conditions très particulières.

Article rédigé par franceinfo - Valentine Letesse
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 2 min
Le matériel réuni pour aller voter (illustration). (AURÉLIE LAGAIN / RADIO FRANCE)

Carte d'électeur, bulletin de vote... Et masque. Les électeurs français qui ont un deuxième tour dans leur commune sont appelés aux urnes dimanche 28 juin, pour des élections municipales un peu particulières. Le deuxième tour, initialement prévu le 22 mars, avait été reporté en raison de l'épidémie de coronavirus. Il se déroule finalement plus de trois mois après le premier tour (15 mars) et avec des précautions sanitaires. "Je trouve qu'on s'est très bien habitués à travailler avec des masques, à rencontrer des gens, à garder nos distances. Et puis de toute façon, un bureau de vote, on n'y reste pas très longtemps", estime Sandrine, électrice à Paris.

Le rideau, je l'ouvrirai avec le coude, mais je n'ai pas plus d'angoisse que ça.

Sandrine, une électrice parisienne

à franceinfo

"La dernière fois j'ai oublié mon stylo, donc là, il est dans mon sac, confie une autre électrice, Marie. J'ai déjà préparé mon bulletin, je n'ai plus qu'à le mettre dans l'enveloppe quand j'arriverai." Bien sûr, le port du masque est obligatoire dans les bureaux de vote, du gel ou du savon sont à disposition et le nombre d'électeurs présents en même temps est limité. Mais ces mesures sont plutôt rassurantes pour Adrien : "Je ne suis pas du tout inquiet, j'ai entièrement confiance. Les bureaux de vote vont être complètement sécurisés. Il faut aller voter en tout cas." Va-t-il prendre son propre stylo ? "Ah, je n'y ai pas pensé, ben oui, vous me le faites penser, je le prendrai, oui, vous avez raison", répond l'électeur.

Des élections perturbées par le coronavirus

Entre le 15 mars, date du premier tour, et le 28 juin, presque trois mois et demi se sont écoulés, la population a été confinée chez elle pendant deux mois, et les préoccupations ont évoluées pour certains : "Je n'ai même pas calculé le fait qu'il fallait que j'aille voter, absolument pas", raconte un passant. À l'inverse, Anne-Marie retraitée, a écourté son séjour dans le Sud : "J'ai passé 15 jours dans l'Aveyron. Et je suis rentrée exprès pour aller glisser mon bulletin. Je ne comprends pas vraiment que certains aient peur d'aller voter. Parce que je vois que beaucoup de gens ne font plus très attention, alors ils peuvent aller voter quand même..." Les électeurs de près de 5 000 communes sont appelés à voter.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.