Cet article date de plus de huit ans.

Fillon ne vise pas la mairie de Paris mais la présidentielle 2017

L'ancien Premier ministre soutient Nathalie Kosciusko-Morizet pour les municipales de 2014. Il fera "tout" pour être candidat à la primaire en 2016, en vue de la présidentielle.

Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
L'ancien Premier ministre François Fillon, le 20 février 2013, à Paris. (KENZO TRIBOUILLARD / AFP)

C'est dit, François Fillon n'est pas candidat à la mairie de Paris pour les prochaines élections municipales, en 2014. L'ancien chef de gouvernement UMP l'a indiqué dans une interview mise en ligne mardi 26 février sur Le Monde.fr. Il soutiendra dans cette élection son ex-ministre Nathalie Kosciusko-Morizet. "Paris a besoin d'une nouvelle équipe municipale pour dix ans, qui se consacre essentiellement à sa tâche", estime-t-il. Nathalie Kosciusko-Morizet est "une excellente candidature", "une femme innovante", "je lui apporterai donc mon soutien", ajoute François Fillon.

Dans la même interview, François Fillon affirme qu'il va "tout faire" pour être candidat à la primaire de son camp en 2016 en vue de l'élection présidentielle l'année suivante. Toutefois, ajoute-t-il, "l'heure n'est pas à annoncer une candidature, mais à construire un projet que j'élaborerai évidemment dans l'hypothèse d'une candidature à la primaire de 2016 et dans la perspective de la présidentielle".

"Je le dis de cette manière par souci d'humilité, au moment où des Français sont confrontés à des difficultés très sérieuses et ont compris que toutes les promesses de François Hollande ont volé en éclats. Venir leur parler d'une élection qui aura lieu dans quatre ans, c'est un peu incongru. Et en même temps, il faut s'y préparer, donc je m'y prépare", affirme-t-il."Dans un délai de moins de deux ans, je proposerai un projet que je mettrai en débat. Il sera concentré sur quelques réformes fondamentales", précise aussi l'ancien Premier ministre.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.