Communes : le quotidien compliqué des maires ruraux

Des maires ruraux qui voient leur budget chuter chaque année ne comptent pas se représenter aux prochaines élections. Reportage sur les raisons de cette colère, à Flagy (Seine-et-Marne).

Voir la vidéo

Tout parait paisible ce matin-là à Flagy (Seine-et-Marne). Ses 600 habitants sont encore endormis, mais à la mairie, le maire est déjà sur le pont. Son agenda a été bousculé par des moutons bloquant une route alors Jacques Drouhin a été en urgence sur les lieux. Aidé par le cantonnier, c'est le maire en personne qui va devoir jouer les bergers. "Il va falloir que je nettoie mes chaussures quand même", déplore-t-il. C'est ainsi le quotidien d'un maire rural, et aussi les raisons d'un ras-le-bol.

Moutons et guirlandes de Noël

"On subit une pression permanente, il arrive un moment où les maires n'en peuvent plus, et le stress devient insupportable. Trop c'est trop !", confie Jacques Drouhin. Pour le maire, il y a trop de sollicitations, et trop peu de moyens. A la tête de la commune depuis dix ans, cet élu sans étiquette a vu fondre ses ressources. Ses dotations de fonctionnement sont en baisse de 10% chaque année et le seul employé municipal de la commune a été supprimé. Alors pour élaguer les arbres, ou réparer les guirlandes de Noël, le maire compte sur la bonne volonté d'un conseiller municipal. Face à tous ces soucis, Jacques Drouhin ne compte donc pas se représenter en 2019.

Le JT
Les autres sujets du JT
Capture de la mairie de Flagy (Seine-et-Marne)
Capture de la mairie de Flagy (Seine-et-Marne) (FRANCE 2)