"Au nom de quoi on nous demande de rendre des comptes ?" : à Pontivy, la bataille pour la mairie se joue entre femmes

La commune de Pontivy en Bretagne, compte quatre candidates déclarées à la mairie, toutes bien décidées à faire bouger les lignes.

L\'hôtel de ville de Pontivy (Morbihan).
L'hôtel de ville de Pontivy (Morbihan). (CAPTURE D’ÉCRAN GOOGLE MAPS)

"Les femmes ont toujours été engagées à Pontivy, que ce soit dans l'action locale, le milieu entrepreneurial, la politique... On est connu par les habitants." Pour Gaëlle Le Roch, candidate La République en marche, la configuration du scrutin pour ces élections municipales de mars 2020 est tout sauf une surprise. Dans la commune bretonne de 15 000 habitants, les quatre candidats sont des femmes.

Une particularité locale qui n'a pas échappé à Jacqueline Gourault, de passage à Pontivy (Morbihan). "C'est très bien, se réjouit la ministre de la Cohésion des territoires. Aujourd'hui, il faut laisser un petit peu la place aux femmes."

De gauche à droite et de haut en bas : Soizic Perrault, Marie-Madeleine Doré-Lucas, Gaëlle Le Roch, Christine Le Strat.
De gauche à droite et de haut en bas : Soizic Perrault, Marie-Madeleine Doré-Lucas, Gaëlle Le Roch, Christine Le Strat. (SÉBASTIEN BAER / RADIO FRANCE)

Cela permet aussi de rebattre les cartes, d'aller à l'encontre d'idées reçues, selon Marie-Madeleine Doré Lucas, à la tête du rassemblement de gauche. "Il y en a certains qui disent : 'Ah ouais, des femmes ? Que font-elles à faire de la politique ? C'est un métier d'hommes.' Un homme, lui, dès qu'il se présente, il est bon. Mais au nom de quoi on nous demande de rendre des comptes ?"

Il y a une chose que je peux constater, moi qui fréquente beaucoup des milieux d'hommes, c'est qu'on est opiniâtres et résistantes.Marie-Madeleine Doré Lucasà franceinfo

Ces préjugés, Soizic Perrault les constate encore aujourd'hui sur le terrain. Lors d'un porte-à-porte, la candidate Les Républicains, essuie quelques remarques de la part... d'une femme. "Quatre femmes, ça fait bizarre. Peut-être qu'un homme serait plus fort", lui assène une habitante, avant de l'éconduire.

"Évidemment que c'est dur d'entendre ça, soupire Soizic Perrault. Combien de fois je l'entends ? On ne dit jamais ça à mon binôme, qui a quatre enfants et qui est un homme. Un homme, ce n'est pas pareil."

Une femme maire de Pontivy depuis 2014

Après des siècles et des siècles d'hégémonie masculine, Christine Le Strat est devenue la première femme maire de Pontivy, en 2014. Une campagne entre femmes est, selon ses dires, "tout autant disputée" qu'avec des hommes. "J'ai dans mon conseil municipal deux des candidates. Cela fait quand même quelques mois que tout est sujet à polémique. On ne s'épargne pas du tout. Tout n'est pas tout rose. Bon, chacun défend son programme, c'est le jeu", estime celle qui est candidate à sa succession.

Alors que la date limite de dépôt des candidatures pour les élections municipales est fixée au 27 février, aucune des quatre candidates ne croit qu'un homme va se déclarer à Pontivy. Toutes sont persuadées que la bataille restera 100% féminine.