Législatives : "Il y a une bonne part d'hypocrisie" dans un François Hollande candidat du Nouveau Front populaire, estime François Ruffin

Le député LFI cite des éléments du programme du Nouveau Front populaire comme "la retraite à 60 ans, l'indexation des salaires sur l'inflation ou à la taxation du capital" et observe que cela ne correspond pas à la politique menée par l'ancien président quand il était à l'Élysée.
Article rédigé par franceinfo - avec France Bleu Limousin
Radio France
Publié
Temps de lecture : 1 min
Le député LFI François Ruffin, le 17 juin 2024. (LUDOVIC MARIN / AFP)

"Je crois qu'il y a une bonne part d'hypocrisie" dans la candidature de François Hollande sous la bannière du Nouveau Front populaire pour les élections législatives anticipées, estime mardi 18 juin sur France Bleu Limousin le député LFI sortant François Ruffin. L'ancien président a annoncé samedi dernier sa candidature sous l'étiquette du Nouveau Front populaire en Corrèze pour les élections des 30 juin et 7 juillet.

"Il a toute la légitimité pour se présenter mais en toute franchise, j'aurais préféré qu'il ne le fasse pas sous la bannière du Front populaire parce que je crois qu'il n'y a pas une réelle adhésion à l'orientation du programme", explique le député LFI sortant, qui participe à un meeting mardi soir à Limoges.

"Je suis un peu surpris qu'en une nuit, par miracle, il y ait eu comme une épiphanie sur François Hollande et qu'il se soit converti soudain à la retraite à 60 ans après 40 annuités, à l'indexation des salaires sur l'inflation ou à la taxation du capital. Disons que ça ne correspond pas exactement à la politique qu'il a menée lorsqu'il était à l'Élysée", estime le député LFI sortant.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.