Cet article date de plus de trois ans.

Législatives 2017 : le désarroi des ex-députés

Publié
Durée de la vidéo : 2 min.
Législatives 2017 : le désarroi des ex-députés
FRANCE 2
Article rédigé par
France Télévisions

À quelques jours du second scrutin des législatives 2017, France 2 est partie à la rencontre de futurs ex-députés, plus ou moins prêts à quitter leur poste.

Dernier jour de campagne ce vendredi pour les candidats avant le second tour des législatives 2017. Pendant ce temps, à l'Assemblée nationale, Monique Rabin quitte un peu plus qu'un bureau. L'élue divers-gauche n'aura fait qu'un mandat, verdict des électeurs. Au moment du départ domine un sentiment d'inachevé. "Le premier mandat, c'est un mandat d'apprentissage", estime la députée sortante de Loire-Atlantique. Avant de partir, Monique Rabin prodigue quelques conseils à son successeur encore inconnu.

De simples citoyens

À Toulouse (Haute-Garonne), Christophe Borgel, l'ex-monsieur élection du PS vide sa permanence parlementaire. Dimanche, il a été éliminé au premier tour, pas de quoi entaché pourtant sa foi en l'avenir. Il veut travailler dans le privé. Seule ombre à son esprit, que deviendront ceux qui l'ont aidé ? "Ceux pour qui ça va être dur, c'est eux, nos collaborateurs", affirme-t-il. Pendant six mois, ces ex-députés toucheront leur indemnité à taux plein, mais dès lundi, ils redeviennent de simples citoyens.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.