Union européenne : blocage et report des nominations

Après avoir négocié toute la nuit de dimanche 30 juin à lundi 1er juillet, les dirigeants européens n'ont toujours pas trouvé de consensus sur le choix de la présidence de la commission. Sur place à Bruxelles, le journaliste Pascal Verdeau analyse l'impasse actuelle lors de ce sommet. 

FRANCE 3

Le nom de Frans Timmermans, candidat social-démocrate néerlandais, circulait avec insistance. Mais il a fait face à un front de la droite. C'est tout à fait inédit, la réunion du sommet européen a été suspendue lundi 1er juillet et ne pourrait reprendre que mardi 2 juillet, en fin de matinée. C'est le signe des difficultés persistantes à trouver un accord sur la présidence de la commission européenne.

La candidature de Timmermans rejetée

Emmanuel Macron va donc faire un aller-retour pour revenir à Bruxelles. Avec Angela Merkel, ils "ont fait le forcing toute la nuit pour tenter d'arracher au moins un premier accord", précise le journaliste de France 3 Pascal Verdeau. Le couple franco-allemand proposait en effet de nommer le social-démocrate néerlandais, Frans Timmermans. Leur plan "a été balayé par le PPE, la propre famille de droite, la propre famille politique de la chancelière", ajoute Pascal Verdeau en direct de Bruxelles. De leur côté, les pays de l'Est ont rejeté en bloc la candidature de Timmermans.

Le JT
Les autres sujets du JT
Le premier vice-président de la Commission européenne, Frans Timmermans, le 26 juillet 2017 à Bruxelles.
Le premier vice-président de la Commission européenne, Frans Timmermans, le 26 juillet 2017 à Bruxelles. (ALEXANDROS MICHAILIDIS / SOOC / AFP)