Européennes : "Que le PS ne soit pas capable d'avoir une liste avec son sigle serait une régression", juge Pierre Moscovici

Le commissaire européen, qui n'est pas partant pour les élections européennes avec le PS, remarque qu'il y a toujoujours eu des listes socialistes "depuis 1979".

RADIO FRANCE / FRANCE INFO

Pour les élections européennes, "j'ai dit pourquoi je ne voulais pas être candidat, parce que je n'étais pas d'accord avec le programme du PS tel qu'il était, je le trouvais pas assez européen", a déclaré Pierre Moscovici sur franceinfo lundi 5 novembre, ajoutant d'autres divergences de vue. 

Un rappel à "la social-démocratie"

De nombreux mouvements de gauche sont sur les rangs pour le scrutin. "Nous sommes dans une situation incroyable où nous avons aujourd'hui un pouvoir libéral qui est une régression et nous présentons sept listes. C'est un suicide", avait déclaré Olivier Faure sur France Inter le 25 octobre. "Que le Parti socialiste ne soit pas capable d'avoir une liste avec sa marque, son sigle et ses idées dans les élections européennes, ce serait une régression formidable, a lancé l'ex-député du Doubs. Depuis 1979, il y a eu toujours eu des listes socialistes, et il y a en a partout en Europe. La social-démocratie, ça veut dire quelque chose quand même."

Le 4 octobre dernier, Pierre Moscovici avait prévenu qu'il ne serait pas candidat aux élections européennes. Dix jours après, Ségolène Royal, dont le nom avait été évoqué pour prendre la tête de liste PS au scrutin de mai 2019 avait déclaré qu'elle n'avait "pas envie" de reprendre "les combats électoraux". Sur ce point, "elle veut peut-être être la candidate d'autre chose, ce sera à elle d'expliciter tout ça", a réagi le commissaire européen. Le PS doit en principe publier sa liste pour les européennes le 17 novembre. 

Pierre Moscovici, commissaire européen aux affaires économiques et financières, invité de franceinfo le 5 novembre 2018. 
Pierre Moscovici, commissaire européen aux affaires économiques et financières, invité de franceinfo le 5 novembre 2018.  (RADIO FRANCE / FRANCE INFO)