Législatives 2022 : "la violence n'a pas sa place dans notre démocratie", dénonce Elisabeth Borne après l'agression de Blanquer

L'ancien ministre de l'Education, candidat aux législatives dans le Loiret, a été aspergé de mousse à raser et insulté sur un marché de Montargis.

La Première ministre, Elisabeth Borne, à la sortie de l\'Elysée, le 1er juin 2022.
La Première ministre, Elisabeth Borne, à la sortie de l'Elysée, le 1er juin 2022. (MAXPPP)
Ce qu'il faut savoir

"Plein soutien à Jean-Michel Blanquer". Dans un message posté sur Twitter, la Première ministre Elisabeth Borne a apporté, samedi 4 juin, son soutien à l'ancien ministre de l'Education nationale, aspergé de mousse et insulté alors qu'il faisait campagne pour les législatives. "La violence physique ou symbolique n’a pas sa place dans notre démocratie", a-t-elle estimé.

Elisabeth Borne espère une réforme des retraites "sans bras de fer". "On n'est pas en train de se dire qu'on va faire une réforme pour embêter les Français." En déplacement vendredi 3 juin dans le Calvados, où elle se présente aux élections législatives, Elisabeth Borne s'est fixée comme objectif de mener la réforme des retraites "sans que ça tourne au bras de fer".

Emmanuel Macron précise sa "nouvelle méthode" et son calendrier. Le président de la République a annoncé, dans une interview à la presse régionale publiée vendredi, la création d'un "Conseil national de la refondation" chargé de travailler sur les grands chantiers du quinquennat. Il a également déclaré que la réforme des retraites entrera en vigueur "dès l'été 2023"

Valérie Pécresse appelle la droite ayant voté Emmanuel Macron à reprendre sa "liberté". Dans une tribune publiée vendredi soir dans Le Figaro, l'ancienne candidate de droite à l'Elysée appelle les électeurs de son camp ayant voté pour Emmanuel Macron à la présidentielle à "reprendre leur liberté" et à voter aux législatives pour Les Républicains, la seule opposition "crédible" à ses yeux.

Marine Le Pen visée par un jet d'œuf. La cheffe de file du Rassemblement national a été visée par un jet d'œuf vendredi après-midi à Saint-Amand-les-Eaux (Nord) alors qu'elle venait soutenir le candidat RN aux élections législatives dans la 20e circonscription du Nord, a déclaré Sébastien Chenu, porte-parole du parti.

Retrouvez ici l'intégralité de notre live #POLITIQUE

23h00 : On ferme ! Non sans avoir jeté un dernier coup d'œil aux principaux titres de l'actualité.

50 départements sont toujours placés en vigilance orange aux orages par Météo France. Une personne a perdu la vie à cause des intempéries à Rouen, alors que le réseau SNCF connaît d'importantes perturbations en Picardie et en banlieue parisienne.

La Polonaise Iga Swiatek n'a fait qu'une bouchée de l'Américaine Coco Gauff en finale de Roland-Garros. Victoire 6-1, 6-3 en 1h08 de jeu.

• La phrase d'Emmanuel Macron appelant à ne pas "humilier la Russie" suscite la fureur des autorités ukrainiennes. Et ce alors que, sur le terrain, Moscou affirme accroître son emprise sur la ville de Sievierodonetsk.

• Candidat aux législatives à Montargis, Jean-Michel Blanquer a été aspergé de mousse blanche dans les rues de la ville du Loiret cet après-midi. Les deux auteurs de cette agression à la crème Chantilly ont reconnu les faits dans la soirée et leur garde à vue a été levée.

Rendez-vous demain, neuf heures, pour la suite de ce live.

22h50 : Les quinquagénaires comparaîtront le 4 juillet à 9 heures devant le procureur au tribunal judiciaire de Montargis pour une audience de comparution sur reconnaissance préalable de culpabilité, ou plaider-coupable. Ils devront répondre de "violences en réunion n'ayant pas entraîné d'incapacité totale de travail, délit pour lequel la peine encourue est de trois ans d'emprisonnement".

23h01 : La garde a vue des deux enseignants qui ont aspergé de crème Chantilly Jean-Michel Blanquer à Montargis a été levée dans la soirée, annonce le procureur dans un communiqué. "Les deux enseignants gardés à vue ont reconnu les faits devant les enquêteurs. Ils ont expliqué vouloir protester contre la candidature de Jean-Michel Blanquer aux législatives", ajoute le procureur.

21h26 : Les masques tombent: inviter et afficher le soutien de @jeremycorbyn écarté du @LabourParty et du groupe pour complaisance avec l’antisémitisme en Angleterre, ap 1000 plaintes enregistrées par ce parti, est une honte dont est fière @Simonnet2La gauche ne peut pas accepter cela! https://t.co/CD0ajWPhLm

21h25 : La candidate dissidente Lamia El Aaraje a aussi saisi l'occasion pour critiquer sa rivale à gauche dans la 15e circonscription de Paris.

21h24 : Excellent to visit Paris and campaign alongside @Simonnet2 in the 20th arrondissement with @Deputee_Obono and dozens of enthusiastic @NUPES_2022_ activists standing up for economic, climate and social justice across France this month.Solidarity, unity, victory!

21h24 : Deux candidates LFI aux législatives à Paris, Danièle Obono et Danielle Simonnet, reçoivent un tollé de leurs concurrents et la Licra pour s'être affichées avec Jeremy Corbyn, ex-patron du parti travailliste britannique exclu de son groupe parlementaire pour laxisme face à l'antisémitisme. Les intéressés n'avaient pas fait mystère de cette visite, en partageant des photos sur les réseaux sociaux.

20h52 : Jean-Luc Duret est candidat dans la 5e circonscription de la Meuse sous les couleurs LREM.. mais a demandé aux électeurs de ne pas voter pour lui. Le résultat d'un embrouillamini pas possible, le candidat LREM initialement investi ayant été déclaré inéligible quelques heures avant la clôture des candidatures, Jean-Luc Duret a alors été proposé comme recours, mais le parti a finalement investi en catastrophe quelqu'un d'autre, raconte 20minutes.fr (et encore, c'est la version courte). Finalement, il y a DEUX candidats LREM dans cette circonscription dont un qui se présente contre son gré.

20h24 : A une semaine du premier tour, force est de constater que les élections législatives ne vous passionnent guère. Ce n'est pourtant pas faute de trouver des candidats aux profils atypiques. Ainsi, le "dépeceur de Montauban", qui a passé 24 ans derrière les barreaux, se présente devant les électeurs dans le Vaucluse. La Dépêche du Midi brosse le portrait de Germain Gaiffe, qui s'est marié avec un autre détenu surnommé "le tueur aux petites annonces" avec Dieudonné et le terroriste Carlos comme témoins de mariage. Il se présente sans étiquette.

20h01 : 20 heures ! Faisons le point sur les informations de la soirée.

• 65 départements sont toujours placés en vigilance orange par Météo France pour de violents orages. Lesquels s'abattent en ce moment dans le centre du pays et en région parisienne. Les dernières infos et les photos impressionnantes dans notre direct.


La Polonaise Iga Swiatek n'a fait qu'une bouchée de l'Américaine Coco Gauff en finale de Roland-Garros. Victoire 6-1, 6-3 en 1h08 de jeu.

• La phrase d'Emmanuel Macron appelant à ne pas "humilier la Russie" suscite la fureur des autorités ukrainiennes. Et ce alors que, sur le terrain, Moscou affirme accroître son emprise sur la ville de Sievierodonetsk.

• Candidat aux législatives à Montargis, Jean-Michel Blanquer a été aspergé de mousse à raser dans les rues de la ville du Loiret cet après-midi. "La violence n'a pas sa place dans notre démocratie", l'a défendu Elisabeth Borne.

19h34 : Alors, c'est le maire de Montargis qui l'affirme, il s'agirait de professeurs dans un collège de la ville. Selon France Bleu Orléans, les deux hommes, qui ont aussi insulté l'ancien ministre, ont été placés en garde à vue. Notez qu'il ne s'agit pas d'entarteurs, mais de "chantillyseurs", vu qu'ils ont utilisé de la crème chantilly (et non de la mousse à raser comme on l'a cru de prime abord).

19h33 : Dans les réseaux sociaux , j'ai lu que les entarteurs étaient des professeurs de collèges . Pouvez vous confirmer cette Info ? Si cela est vrai j'aimerai les entendre expliquer à leurs élèves ce qu'est le respect et la démocratie !

18h29 : « Avec 52% des voix pour Marine Le Pen, le Vaucluse est une terre de résistance à la macronie. Ici dans toutes les circonscriptions, nous pouvons envoyer des députés RN à l’Assemblée. Votez ! » #Cavaillon

18h27 : Jordan Bardella, le président par intérim du RN, espère arriver en tête au premier tour des législatives. "C'est un objectif ambitieux mais réalisable, si on en croit les derniers sondages qui ne nous situent plus qu'à trois points de la majorité présidentielle et de l'union de la gauche radicale".

18h12 : 18 heures passées de quelques minutes, on fait le point sur l'actualité de ce samedi soir.

La Polonaise Iga Swiatek n'a fait qu'une bouchée de l'Américaine Coco Gauff en finale de Roland-Garros. Victoire 6-1, 6-3 en 1h08 de jeu.

• 65 départements sont toujours placés en vigilance orange par Météo France pour de violents orages. Lesquels s'abattent en ce moment dans le centre du pays et en région parisienne. Les dernières infos et les photos impressionnantes dans notre direct.

• La phrase d'Emmanuel Macron appelant à ne pas "humilier la Russie" suscite la fureur des autorités ukrainiennes. Et ce alors que, sur le terrain, Moscou affirme accroître son emprise sur la ville de Sievierodonetsk.

• Candidat aux législatives à Montargis, Jean-Michel Blanquer a été aspergé de mousse à raser dans les rues de la ville du Loiret cet après-midi. "La violence n'a pas sa place dans notre démocratie", l'a défendu Elisabeth Borne.

17h34 : Oups ! Les adversaires d'Emmanuelle Wargon, dans la 8e circonscription du Val-de-Marne, ont repéré une boulette sur son affiche de campagne. En arrière-plan, on aperçoit la ville de... Lyon, pas tout à fait dans la circonscription convoitée en région parisienne. L'équipe de l'ancienne ministre du Logement explique avoir repris des visuels de kits de campagne de la majorité présidentielle.

17h26 : Attention, accrochez-vous, j'ai une information politique de première importance. En visite au château de Pontécoulant, en Normandie, à la rencontre de producteurs locaux, Elisabeth Borne a fait un selfie avec un brocolis, nous apprend l'AFP. On attend qu'elle le tweete, désormais ;-)

15h17 : Deux hommes ont été placés en garde à vue après "l'enmoussage" à Montargis (Loiret) de Jean-Michel Blanquer, l'ex-ministre de l'Education nationale candidat aux législatives dans le Loiret. "Au moment où monsieur Blanquer déambulait sur un marché dans les rues de Montargis pour la campagne des législatives, il a été victime d'un entartage. Les deux auteurs présumés ont été interpellés avec l'aide des officiers de sécurité", a déclaré le secrétaire général adjoint de la préfecture du Loiret. Le procureur de la République de Montargis Loïc Abrial a confirmé l'ouverture d'une enquête pour "violences aggravées". Les deux personnes interpellées sont "inconnues des services", a-t-il précisé.

14h48 : La vie démocratique ne peut exister que dans un débat d’idées respectueux des hommes et des femmes qui s’engagent. Soutien total à @jmblanquer https://t.co/29EhMv62Vx

14h48 : "La vie démocratique ne peut exister que dans un débat d’idées respectueux des hommes et des femmes qui s’engagent", réagit le ministre de l'Education nationale en apprenant que son prédécesseur, Jean-Michel Blanquer, a été aspergé de mousse à raser dans le Loiret.

14h33 : Plein soutien à @jmblanquer. Le débat, la confrontation des idées sont toujours des richesses. La violence physique ou symbolique n’a pas sa place dans notre démocratie. https://t.co/9hBSb1jKxM

14h33 : La Première ministre Elisabeth Borne apporte son soutien à Jean-Michel Blanquer, aspergé de mousse à raser à Montargis (Loiret). "La violence physique ou symbolique n’a pas sa place dans notre démocratie", écrit-elle.

14h20 : Il est 14 heures et des poussières, voici un nouveau rappel principaux titres :

• Météo France place 65 départements en vigilance orange aux orages, face à un risque de pluies intenses, de grêle et de forts vents. Suivez la situation dans notre direct.

• Cet avant-dernier jour de tournoi est marqué par la finale femmes sur la terre battue parisienne : Iga Swiatek visera un second titre à Roland-Garros, face à Coco Gauff. Mais elles ne seront pas les seules en piste, avec également les finales des tournois juniors, du tennis-fauteuil et du double hommes. Le Français Gabriel Debru, 16 ans, affronte le Belge Gilles Arnaud Bailly en finale du tournoi juniors. Suivez la journée dans ce direct.

• C'est l'une des incarnations de la "nouvelle méthode" promise par Emmanuel Macron pour son second quinquennat. Dans un entretien à la presse régionale, le président annonce la création prochaine d'un "Conseil national de la refondation". Franceinfo revient en quatre questions sur les contours de ce projet.

• Jean-Michel Blanquer, ancien ministre de l'Education nationale, a été aspergé de mousse à raser à Montargis, dans le Loiret, où il a été parachuté pour les législatives. Suivez la campagne dans notre direct.

14h04 : Sur le fond, c'est très différent. "Le Conseil avait un programme très inspiré par le Parti communiste, très à gauche avec des nationalisations, relève Bruno Cautrès sur franceinfo. Pour le moment, le programme que présente le chef de l'Etat est plutôt constitué d'investissements dans des dépenses d'avenir : l'éducation, l'hôpital (...) assez loin des fondements idéologiques du Conseil national de la résistance."

14h04 : Cette appellation, Conseil national de la refondation (CNR), ne doit rien au hasard. Il s'agit bien d'une allusion au Conseil national de la résistance, dont le général De Gaulle avait confié la création à Jean Moulin en 1942. "Depuis la crise du Covid, il est très intéressé par cette référence mythique qu'est le Conseil national de la résistance", explique Bruno Cautrès, chercheur CNRS au Cevipof et professeur à Sciences Po Paris, sur franceinfo.

13h55 : Ce Conseil national de la refondation sera chargé de mettre en avant les cinq objectifs que le président dit avoir "porté (...) pendant la campagne : l'indépendance (industrielle, militaire, alimentaire), le plein-emploi, la neutralité carbone, les services publics pour l'égalité des chances et la renaissance démocratique avec la réforme institutionnelle". Contacté par franceinfo, l'Elysée n'a pas précisé le contenu de ces missions.

14h05 : C'est l'une des incarnations de la "nouvelle méthode" promise par Emmanuel Macron pour son second quinquennat. Dans un entretien à la presse régionale, le président annonce la création prochaine d'un "Conseil national de la refondation". Franceinfo revient en quatre questions sur les contours de ce projet.

13h43 : L'ancien ministre de l'Education a été la cible de deux enseignants d'un collège, selon le maire Les Républicains de Montargis, Benoît Digeon, qui a été informé par la police municipale. L'ancien ministre a porté plainte. "Les deux individus ont été transportés au commissariat de Montargis", fait savoir Benoît Digeon, qui écrit sur Facebook : "La démocratie doit être respectée".

13h40 : Une campagne électorale est un moment de bonheur démocratique par l’échange.Ça se passe bien ici à Montargis à la rencontre des citoyens.Je viens d’être agressé par deux individus qui veulent casser cela. Ne l’acceptons pas.Vive le calme, vive le respect, vive la démocratie

13h40 : L'ancien ministre affirme sur Twitter avoir été "agressé par deux individus". "Vive le calme, vive le respect, vive la démocratie", écrit-il.

13h38 : Jean-Michel Blanquer, ancien ministre de l'Education nationale, a été aspergé de mousse à raser à Montargis, dans le Loiret, où il a été parachuté pour les législatives. "La réputation en déroute ! Jean-Michel Blancroute", lance notamment l'homme qui l'a recouvert de mousse à raser. Ce dernier a été rattrapé par l'entourage de l'ancien ministre. "Il y a des limites que l'on ne doit pas franchir", lui a ensuite dit Jean-Michel Blanquer.

13h11 : "Cela me fait honte. Moi, j'ai honte de voir mon pays dans cet état."

Jean-Luc Mélenchon critique sévèrement le bilan d'Emmanuel Macron et la façon dont le président de la République compte agir. Il pointe notamment le manque de professeurs, et la façon dont ils sont recrutés. Il mentionne également les problèmes sur le scrutin électronique ou encore les incidents au stade de France, samedi dernier.

13h06 : Macron a prévu de faire une grande refondation pour parler de sujets sur lesquels il n’a aucune idée à proposer. Ce gouvernement est incapable d’organiser quoi que ce soit. Il faut changer tout ça. L'occasion se présente là avec un bulletin de vote de la #NUPES. https://t.co/ebTN7YhlcG

13h06 : Jean-Luc Mélenchon critique les pistes présentées par Emmanuel Macron dans son interview à la presse régionale. Selon lui, le président de la République "a ouvert une nouvelle saison du grand blabla". "Il a zéro idée (...) Cinq ans de gouvernement, une crise pandémique majeure mondiale et il se dit 'qu'est-ce qu'on pourrait bien faire ? Faisons un blabla'", déclare-t-il.

12h06 : Il est midi, faisons un nouveau rappel des principaux titres :

• Météo France place 65 départements en vigilance orange aux orages, face à un risque de pluies intenses, de grêle et de forts vents. Suivez la situation dans notre direct.

• Dans un entretien à la presse régionale, Emmanuel Macron a dévoilé sa "nouvelle méthode" pour son deuxième mandat. Il a également déclaré que la réforme des retraites entrera en vigueur "dès l'été 2023". Voici ce qu'il faut retenir de cette interview, qui fait réagir.

• C'est le jour de la finale dames sur la terre battue parisienne : Iga Swiatek visera un second titre à Roland-Garros, face à Coco Gauff. Mais elles ne seront pas les seules en piste, avec également les finales des tournois juniors, du tennis-fauteuil et du double messieurs. Le Français Gabriel Debru, 16 ans, affrontera le Belge Gilles Arnaud Bailly en finale du tournoi juniors. Suivez la journée dans ce direct.

• Karim Benzema renonce à son appel dans le procès qui l'opposait à son ancien coéquipier Mathieu Valbuena. Il entérine ainsi sa condamnation à un an de prison avec sursis et 75 000 d'amende en novembre 2021.

11h59 : Quelque part dans le Calvados… un café matinal entre un ancien Premier ministre et une nouvelle Première ministre @franceinfo https://t.co/aYjhukSpPj

11h59 : Tout à l'heure, dans le Calvados, Elisabeth Borne a rencontré Edouard Philippe autour d'un café.

11h26 : Le Conseil National de la Refondation proposé par #Macron c’est le Conseil National de la Manipulation : le Pdt décidera seul. Parmi les propositions de la Convention Citoyenne pour le Climat, seules 15 sur 149 ont été reprises ! Le « Grand Débat » ? Cela n’a rien donné non plus.

11h26 : #Macron a peur que la #NUPES soit le groupe majoritaire a l’Assemblee. S’il ne choisit pas #MelenchonPremierMinistre, alors qu’il est leader de la gauche, ce sera un choix autoritaire. Aucun Président ne peut imposer un Premier Ministre à l’Assemblée.

11h26 : L’interview de #Macron est très longue mais ne donne pas de vraie ligne pour réduire les inégalités. C’est du blabla, rien de concret n’est proposé à part la retraite à 65 ans, qui est pourtant refusée en majorité par les français et par tous les syndicats !

11h25 : Alexis Corbière, député LFI, dénonce le "blabla" d'Emmanuel Macron dans son interview accordée à la presse quotidienne régionale.

10h48 : Avec un peu de retard, jetons un œil aux unes de la presse ce matin. Emmanuel Macron est très présent. "Plus d'un mois après sa réélection, le président n'est toujours pas parvenu à donner du souffle à son nouveau mandat", écrit le quotidien.

10h24 : Au nord de la circonscription, à Abbeville, le candidat LREM, Pascal Rifflart, se confronte aussi aux problèmes de pouvoir d'achat des habitants. "Mon problème, c'est le chauffage. Il faut trouver des solutions pour l'hiver prochain, car là, on puise dans les économies", s'inquiète une passante.

10h22 : "J'ai aussi rencontré cette pauvreté sur le territoire, on est face à la misère. Je les vois, ces petits vieux qui ne s'arrêtent pas de travailler avant de mourir."

Pour "permettre aux gens de mieux manger", la candidate RN organise les vendredis un marché avec des producteurs locaux dans la ferme familiale. "Mais de plus en plus de gens ne s'arrêtent plus aux stands, car ils n'ont pas les moyens."

10h21 : Dans cette circonscription, Mathilde Roy, candidate Les Républicains, tente de convaincre à Flixecourt, sur les terres de François Ruffin. Mais elle se confronte à la colère des habitants. "Je suis trop dégoûtée de tout, déçue de tout, témoigne une fleuriste de Flixecourt. Le salaire, à peine il arrive, il est déjà bouffé."



(CLEMENT PARROT / FRANCEINFO)

10h19 : Dans la campagne des législatives, les candidats font face à l'inévitable angoisse de l'inflation. "En ce moment, tout augmente, sauf notre salaire", déplore une habitante de Condé-Folie, dans la première circonscription de la Somme, au député sortant LFI François Ruffin. Reportage.



(CLEMENT PARROT / FRANCEINFO)

09h47 : 🗣 “Qu'Emmanuel Macron commence par respecter ce qui existe déjà. Il nous dit “je vais arrêter de tout décider tout seul, on va entrer dans le grand débat permanent”. Emmanuel Macron est à deux doigts d’inventer l’Assemblée nationale”, fustige François-Xavier Bellamy. https://t.co/un62A5TnSi

09h46 : François-Xavier Bellamy critique également la façon dont le président gouverne. "Emmanuel Macron est à deux doigts d'inventer l'Assemblée nationale", ironise l'élu après l'interview accordée par le chef de l'Etat à la presse quotidienne régionale.

09h41 : 🗣 E. Macron veut créer un “conseil national de la refondation” ➡️ “Comparaison n’est pas raison. Personne n’est dupe. Il y a quelque chose d’indécent à transposer une telle époque dans la nôtre”, pour François-Xavier Bellamy. “C’est une récupération politique assez médiocre.” https://t.co/ixBI09MV28

09h41 : François-Xavier Bellamy, eurodéputé LR, commente sur franceinfo le "conseil national de la refondation" esquissé par Emmanuel Macron. Il dénonce "une récupération politique assez médiocre".