Cet article date de plus de sept ans.

Les Français vont se serrer la ceinture pour Noël

Pour la première fois depuis 2010, ils envisagent de rogner sur le budget consacré aux cadeaux. 

Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
Les Français prévoient de dépenser 531 euros pour Noël en 2013, soit un budget en baisse de 0,9% par rapport à 2012. (JEFFREY COOLIDGE / GETTY IMAGES)

Il y aura moins de cadeaux au pied du sapin à Noël. Les Français, plus pessimistes que jamais, vont revoir leur budget à la baisse pour le 25 décembre, en rognant sur les cadeaux, révèle jeudi 7 novembre une étude de Deloitte. Une première depuis 2010.

Les sondés prévoient de consacrer, en moyenne, 531 euros à leurs achats de cadeaux de Noël, à leur alimentation et à leurs sorties pendant la période des fêtes, soit un recul de 0,9% par rapport à 2012, rapporte le cabinet d'études. Les années 2011 et 2012 avaient été marquées par des dépenses en hausse (+0,7% en 2012), compensant de forts reculs, entre 2008 et 2010, du fait de la crise.

Une priorité : les cadeaux des enfants

Cette tendance à resserrer les cordons de la bourse touche notamment le budget consacré aux cadeaux, qui recule cette année de 2,7%, à 302 euros. Malgré tout, "le Noël des enfants reste sacré, même en période d'économies", explique Stéphane Rimboeuf, associé chez Deloitte. Les têtes blondes seront donc préservées : 47% du budget cadeaux leur seront consacrés, au détriment des présents pour les adultes, qui feront l'objet d'arbitrages importants (-5%).

A noter, une préférence marquée pour les propres enfants des sondés par rapport à ceux de la famille plus éloignée, avec un budget réservé en hausse de 3% à 101 euros, soit "34% du budget total" consacré aux cadeaux. Toujours dans un souci d'économies, 82% des Français privilégieront les achats en promotion pour Noël. Et comme en 2012, 78% des sondés vont préparer minutieusement leur budget, souhaitant éviter les achats d'impulsion déraisonnables.

 

Cette étude a été réalisée sur internet dans le cadre d'une enquête européenne pendant les deuxième et troisième semaines de septembre, auprès d'un échantillon représentatif de 1 595 répondants français et 17 354 européens.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Votre argent

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.