Le Smic sera revalorisé de 1,24% au 1er janvier

Le gouvernement avait d'abord évoqué une baisse de 35 euros net par mois, avant de rétropédaler.

Le Smic ne bénéficiera pas de coup de pouce au 1er janvier 2018.
Le Smic ne bénéficiera pas de coup de pouce au 1er janvier 2018. (PHILIPPE HUGUEN / AFP)
avatar
franceinfo avec AFP et ReutersFrance Télévisions

Mis à jour le
publié le

Pas de coup de pouce pour le Smic. Le salaire minimum sera revalorisé de 1,24% au 1er janvier, annonce le ministère du Travail, vendredi 15 décembre. Le salaire minimum passe donc de 9,76 à 9,88 euros bruts de l'heure. Le Smic horaire net s'établira à 7,83 euros, soit 1 188 euros mensuels. Cette revalorisation mécanique portera le Smic à 1 498,47 euros brut mensuels pour un temps plein, soit une hausse de 18,20 euros par rapport à 2017. 

En associant les autres mesures du gouvernement comme la baisse des cotisations salariales, le gouvernement assure que cette hausse représente un gain de 20 euros par mois de janvier à septembre puis de 35 euros à partir du 1er octobre. Au total, le gouvernement parle d'une hausse sur l’année de 285 euros  pour une personne travaillant à temps plein et au Smic. Le gouvernement a eu bien du mal à faire ses calculs, et a d'abord annoncé une hausse de 35 euros nets pour le Smic dès le mois de janvier.

Tenir compte des "fragilités" de l'économie française

Le Smic est revalorisé chaque année au 1er janvier selon un savant calcul. Ce dernier prend en compte d'une part la progression, sur 12 mois, de l’indice des prix pour les 20% de ménages les plus modestes, et d'autre part de la moitié de l’évolution annuelle du pouvoir d’achat du salaire horaire de base ouvrier et employé.

Dans un rapport remis la semaine dernière, des économistes ont recommandé au gouvernement de s'abstenir de tout "coup de pouce" au Smic pour tenir compte des "fragilités" de l'économie française, et de supprimer à l'avenir toute règle d'indexation obligatoire.

Mais l'idée de mettre fin à l'indexation a été rejetée par le ministre de l'Economie, Bruno le Maire : "Nous ne pouvons pas abandonner toute indexation du Smic, parce que sinon le Smic n'aurait plus de sens et ne garantirait pas un revenu minimum décent à l'ensemble des salariés dans notre pays."