Cet article date de plus de quatre ans.

Banque : les incidents de paiement coûtent cher

Publié
Durée de la vidéo : 1 min.
Banque : les incidents de paiement coûtent cher
Article rédigé par
France Télévisions

L’année dernière, les banques françaises ont encaissé plus de six milliards d’euros de frais suite à des chèques sans provision ou des rejets de prélèvements. Une situation qui agace les Français.

Chèques sans provision, dépassement de découvert, prélèvements rejetés… les banques prélèvent de grosses sommes d’argent aux Français. "Je suis étudiante, même 10-15 euros par mois, c’est un certain montant", témoigne une jeune femme. "Tous les mois, c’est une catastrophe, les banquiers se sucrent sur le dos des consommateurs et ce n’est pas très chic, ce n’est pas nous rendre service", déplore une autre femme. "Il y a des prélèvements obligatoires que vous ne pouvez pas contrôler", insiste un autre homme.


Rejets à répétition

Car ces prélèvements justement provoquent la plupart des incidents de paiement à répétition : ils concernent l’eau, l’électricité ou le téléphone. S’il n’y a pas assez d’argent sur le compte, ils sont refusés (en moyenne 20 € par incident). Selon les analystes, certains Français doivent payer 1 500 à 2 000 euros par an. En 2017, ces frais ont rapporté 6,5 milliards d’euros aux banques.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.