Cet article date de plus de cinq ans.

Vidéo Envoyé spécial. C'est cher d'être pauvre

Publié Mis à jour
Durée de la vidéo : 48 min.
Envoyé spécial le samedi. C'est cher d'être pauvre

La France compte des millions de pauvres. Or, plus on a un budget serré, plus on paie cher les biens et les services : chauffage, électricité, logement, mutuelle santé, assurance, crédit bancaire, téléphonie mobile… Une spirale de la misère à laquelle il est difficile d’échapper.

C’est un paradoxe : aujourd’hui en France, être pauvre coûte de plus en plus cher. Des logements vétustes plus gourmands en énergie, des voitures achetées d’occasion qu’il faut réparer plus souvent... ce sont finalement les ménages les plus modestes qui paient tout au prix fort. Et cela concerne tous les domaines : automobile, logement, mutuelle, crédit bancaire, alimentation, téléphonie mobile…

Double peine

De plus en plus de Français précaires ne sont pas à l’abri des "pénalités de pauvreté", selon les termes d’une étude du Boston Consulting Group, un cabinet international de conseil en stratégie. Ainsi, en 2012, pour leurs dépenses quotidiennes, les plus pauvres auraient payé plus de 2 milliards d’euros de surcoûts par rapport aux plus aisés. Une double peine dénoncée par Martin Hirsch, ex-président d’Emmaüs France, dans son ouvrage Cela devient cher d’être pauvre (éditions Stock, 2013).

Comment expliquer cette spirale de la pauvreté qui pénalise les ménages les plus fragiles ? Pourquoi l’addition est-elle si élevée ? L'équipe d’"Envoyé spécial" a enquêté partout en France, et rencontré des ménages précaires qui paient systématiquement plus cher que les autres. Et a aussi découvert qu’il existe une mécanique inverse, pour une autre France, celle des plus aisés. Pas besoin d’être très riche : un capital, même modeste, procure vite des "privilèges" dont la plupart des Français n’ont même pas conscience.

Une enquête de Philippe Lagnier et Rola Tarsissi.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.