USA : un accord à 787 millions de dollars pour le Crédit agricole

787 millions de dollars, soit près de 700 millions d’euros, c’est ce que le Crédit agricole accepterait de payer aux autorités américaines. Une amende pour mettre fin aux enquêtes pour non-respect des embargos économiques. L’accord devrait être annoncé ce mardi.

(Le Crédit agricole aurait trouvé un accord avec la justice américaine © MAXPPP)

Comme plusieurs banques européennes avant elle, le Crédit agricole s’apprête à faire amende honorable. Pour avoir violé pendant plusieurs années des embargos américains en réalisant des transactions en dollars avec le Soudan, l’Iran, la Birmanie et Cuba, le groupe français devra payer près de 800 millions de dollars, selon l’agence Reuters. Une somme importante, mais largement couverte par la provision de plus d’un milliard et demi d'euros mise de côté par la banque justement pour répondre à ce type de contentieux.

Le Crédit agricole en sursis

Alors on est loin, très loin des 9 milliards de dollars consentis l’an dernier par BNP Paribas dans cette affaire de violation des embargos économiques. Il faut dire que le volume de transferts illégaux est beaucoup moins élevé et que le Crédit Agricole s’est montrée plus coopérative avec les autorités américaines. Contrairement à BNP Paribas, la banque verte n’a d’ailleurs pas eu à plaider coupable. Elle s’apprêterait à conclure un accord dit de poursuite différée. En clair, elle est en sursis et sera rattrapée par la justice si elle viole les termes de cet accord.

La Société Générale dans le collimateur

 

Après BNP Paribas et le Crédit Agricole, la Société Générale est la prochaine banque française dans le collimateur de la justice et des régulateurs américains.