Cet article date de plus de cinq ans.

Vidéo Le Japon invente la "WalkCar", transporteur à mi-chemin entre le Segway et le skateboard

Publié Mis à jour
Article rédigé par
France Télévisions

La "WalkCar" a été développée par un ingénieur japonais de 26 ans, Kuniako Saito. Ce dernier a pour ambition de révolutionner les moyens de transport en milieu urbain. 

Son inventeur la décrit comme "la première voiture qui tient dans un sac". La société Cocoa Motors a présenté un nouveau modèle de transporteur personnel, au mois de juillet. A mi-chemin entre le Segway et le skateboard, la "WalkCar" a été développée par un ingénieur japonais de 26 ans, Kuniako Saito. Ce dernier a pour ambition de révolutionner les moyens de transport en milieu urbain. 

Pesant entre deux et trois kilos, selon ses versions, la "WalkCar" est capable de soutenir jusqu'à 120 kg, d'après l'agence Reuters (en anglais) citée par Slate.fr. Pour l'actionner, il suffit de monter dessus. Pour l'arrêter, il suffit d'en descendre. Et pour changer de direction, de simples mouvements du corps suffisent, selon Kuniako Saito.

Capable d'effectuer différentes tâches

Malgré sa petite taille, la "WalkCar" dispose d'un moteur suffisamment puissant pour aider à tracter ou pousser différents objets. Elle pourrait ainsi être utilisée par des manutentionnaires ou des assistants de personnes à mobilité réduite. Petit hic, néanmoins : la taille de ses roues, petites et assez fragiles, qui rendent son utilisation impropre sur des terrains accidentés.

La "WalkCar" devrait être commercialisée à partir du printemps 2016, pour un prix d'environ 750 euros. Outre les traditionnels skateboards et trotinettes, elle aura de nombreux concurrents évolués technologiquement : le Segway, le Winglet de Toyota et l'équivalent de chez Volkswagen, ou bien encore le MonoRover R2, dont les roues sont plus hautes mais qui présente comme la "WalkCar" la caractéristique de ne pas avoir de guidon. 

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Transports

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.