Cet article date de plus de neuf ans.

Un an après le naufrage, recueillements autour du Costa Concordia

Le 13 janvier 2012, le paquebot de croisière Costa Concordia s'échouait au large de l'île de Giglio en Italie. A son bord, 3.200 passagers et plus de 1.000 membres d'équipage. Un an après, les rescapés et les familles sont venus honorer la mémoire des 32 personnes qui ont péri dans le naufrage.
Article rédigé par
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
  (Maxppp)

Familles, mais aussi victimes, toutes se recueillaient, un an jour pour jour après le naufrage du Costa Concordia. Tôt ce dimanche, un ferry les a emmenées à l'endroit où le navir a heurté un rocher. Là, elles ont pu jeter leurs bouquets à la mer. 
Un peu plus tard dans la matinée, une messe a été célébrée dans la petite église de l'île de Giglio. C'est dans cette église même que les naufragés avaient trouvé refuge le soir du drame. Partout ailleurs, on célébrait aussi le triste anniversaire. La compagnie Costa a réservé celle du Giglio aux familles et aux rescapés. Des commémorations avaient également lieux en Inde, en Chine, aux Philippines ou encore au Pérou. A bord du paquebot le 13 janvier 2012, il y avait plus de 60 nationalités différences.

En plus des fleurs, une plaque commémorative a également été jetée à la mer. Dessus, les noms des 32 victimes. Puis à l'heure du naufrage, les sirènes des bateaux ont retenti dans le port.

Et même si cette date d'anniversaire remet certains sujets sur la table - où en sont les indemnisations ? Qu'advient-il de l'épave ? A qui la faute ? - la priorité restait le recueillement.
"Je ne veux pas parler de mon rôle dans le naufrage. Ce que je veux c'est embrasser toutes les familles des victimes et tous ceux qui ont souffert", explique Francesco Schettino, le chef de la Capitainerie du port de Livourne qui fit figure de héros le soir du naufrage.

 

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Transports

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.