Transport : les chauffeurs de ramassage scolaire manquent à l'appel

Publié
Transport : les chauffeurs de ramassage scolaire manquent à l'appel
France 3
Article rédigé par
V. Frédéric, R. Leloutre, A-C. Huet, N. Pagnotta - France 3
France Télévisions

Mercredi 15 juin, les professionnels redoutent une pénurie de chauffeurs de bus scolaires. L'amplitude horaire importante décourage les chauffeurs, qui changent parfois de voie.  

Les chauffeurs de bus manquent à l'appel, mercredi 15 juin, car le métier séduit peu. "On travaille tôt le matin, on risque de finir tard le soir, avec des coupures sur la journée. Ça fait des amplitudes de travail très larges sur une journée, donc je pense que ça peut peut-être en décourager certains", explique Salvador Spadat, chauffeur de car scolaire. Un transporteur du Puy-de-Dôme cherche quatre chauffeurs, avec un salaire de 1 400 euros par mois, des heures d'attente rémunérées et un treizième mois.     

20 % d'élèves sans ramassage scolaire à la rentrée de septembre ?   

"Les chauffeurs de car ont déserté le travail actuellement, ils se sont orientés sur d'autres professions", selon Marie-Christine Nénot, gérante de Nénot Intertourisme. Pour faire face à la pénurie, les auto-écoles accélèrent le rythme de formation. Certains misent également sur les reconversions, à l'image d'un futur chauffeur, qui est maçon. Selon la fédération nationale des transports de voyageurs, 20 % des élèves pourraient ne pas avoir de ramassage scolaire en septembre.   

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.